Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

A quel parti, selon vous, feriez vous confiance pour reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?

13 Mai 2019, 07:30am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

A quel parti, selon vous, feriez vous confiance pour reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?
A quel parti, selon vous, feriez vous confiance pour reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?

A quel parti, selon vous, feriez vous confiance pour reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?

A quel parti, selon vous, feriez vous confiance

pour reconquérir la Mairie de Colombes pour

l'élection municipale de 2020 ?

Ce sondage n'a aucune valeur officielle.

Fidèle à sa volonté d'être un média Citoyen , le Blog : Lecolombes que jaime, propose aux Colombiens et Colombiens démettre un avis dans le cadre de la prochaine élection Municipale de 2020. Aucune information ne sera conservée ou utilisée. 

Néanmoins, nous nous engageons à vous faire part du résultat.

Pour ce faire, compléter avec "sérieux" le document et faite le savoir autour de vous ;=)))

https://webquest.fr/?m=69145_quel-parti-selon-vous-peut-reconquerir-la-mairie-de-colombes-pour-l-election-municipale-de-2020

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Quel parti, selon vous, peut reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?
Quel parti, selon vous, peut reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?
Quel parti, selon vous, peut reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?

Quel parti, selon vous, peut reconquérir la Mairie de Colombes pour l'élection municipale de 2020 ?

Voir les commentaires

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

9 Mai 2019, 13:03pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

 

La Journée de l'Europe est une fête célébrée le 9 mai dans les États membres de l'Union européenne pour commémorer la Déclaration Schuman du 9 mai 1950 ; ce discours, prononcé avant la naissance de la Communauté économique européenne, est considéré comme le texte fondateur de l’Union européenne. La Journée de l'Europe a été instituée en 1985 par le Conseil européen lors de sa réunion à Milan. Elle symbolise aussi la paix entre la France et l'Allemagne[réf. nécessaire], qui toutes deux décidèrent de coordonner l'ensemble de leur production de charbon et d'acier sous l'égide d'une Haute Autorité, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe.

Le 9 mai 1950, Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères français, prononce, dans le salon de l’horloge du Quai d’Orsay, sa déclaration considérée comme le texte fondateur de la construction européenne.

Il y propose la création d’une organisation chargée de mettre en commun les productions française et allemande de charbon et d’acier. Ce texte débouche sur la signature, le 18 avril 1951 du traité de Paris, qui fonde la "Communauté européenne du charbon et de l’acier" entre six États européens.

La CECA est la première des institutions européennes qui donneront naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui "l’Union européenne".

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait » explique Robert Shuman dans sa déclaration.

« La solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre entre la France et l’Allemagne devient non seulement impensable, mais matériellement impossible (…). Ainsi sera réalisée simplement et rapidement la fusion d’intérêts indispensable à l’établissement d’une communauté économique qui introduit le ferment d’une communauté plus large et plus profonde entre des pays longtemps opposés par des divisions sanglantes » ajoute-t-il.

C’est cette déclaration visionnaire que nous fêtons chaque année le 9 mai.

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?
9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

9 mai : la journée de l'Europe - Pourquoi ?

Voir les commentaires

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

9 Mai 2019, 13:03pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

Dans le cadre des élections européennes, Colombes insoumise vous invite à participer le 
Jeudi 9 mai, Le Tapis Rouge, rue de la liberté à Colombes, à une réunion publique participative avec
 
 
Marina Mesure, candidate, qui parlera du programme de la FI et plus particulièrement du Dumping social, sujet qu'elle connait bien car, conseillère sociale dans un syndicat européen, elle est notamment devenue spécialiste du travail détaché. Auparavant elle a travaillé aux Nations Unis puis dans une organisation internationale pour défendre les migrants réduits à l'esclavage au Qatar. "Le principe de travail égal et salaire égal inscrit dans la déclaration universelle des droits de l'Homme est toujours aussi révolutionnaire: entre les femmes et les hommes, les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux. Partout en Europe portons cette révolution" .
 
 
Alexis Corbière, député, qui commencera la réunion en apportant son témoignage et celles des autres députés de la France insoumise pour montrer à quoi peuvent servir des députés.
 
 

Michel Soudais, rédacteur en chef adjoint de Politis, animera la réunion et les débats.

https://www.politis.fr/auteurs/michel-soudais-9/

Cette réunion publique est ouverte à tous et toutes et vous pouvez y inviter votre famille, vos amis mais aussi partager ce lien sur les réseaux sociaux ou dans vos courriers.

https://agir.lafranceinsoumise.fr/evenements/2ac40c88-fb9c-411f-8525-eb144690e6f3/

 
L'événement se terminera par un pot convivial avec les participants, et toute participation (boissons, gâteaux secs ou sucrés, confectionnés par vos soins ou non) sont bienvenus.
 
Si vous souhaitez participer à l'organisation de cet événement dites le nous...
 
 
Amitiés insoumises
 
contact:
Christiane, 0612387821, envoyez un sms ou laissez un message
 
 
 
 
 
 
 
 
Site de la France insoumise: https://lafranceinsoumise.fr/
Site Colombes insoumise : http://www.colombes-insoumise.fr/
Compte twitter  Colombes insoumise: @FIcolombes
Site de l'Heure du peuple: https://heuredupeuple.fr/

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

Réunion publique Colombes insoumise le jeudi 9 mai au Tapis Rouge 19h30

Voir les commentaires

Colombes : commémoration du 8 mai 1945

8 Mai 2019, 12:42pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945

Colombes : commémoration du 8 mai 1945

 

Le 8 mai 1945 est la date, dans le calendrier grégorien, de deux événements historiques :

L'amiral Dönitz, désigné par Hitler comme son successeur, ainsi que son état-major, ont compris que toute résistance est vaine. Dönitz consacre son énergie à ce que les troupes allemandes se rendent aux Alliés occidentaux et non aux Soviétiques, avant tout pour que les prisonniers allemands soient traités selon les conventions internationales, et non massacrés ou déportés en Sibérie. Aussi souhaite-t-il des capitulations partielles1 à l'ouest et la poursuite des combats à l'est afin de soustraire à l'emprise de l'Armée rouge autant de troupes que possible et de rapatrier le maximum de population2.

C'est dans cette intention que Dönitz envoie une première fois, à Reims, au PC avancé du SHAEF d'Eisenhower, l'amiral Hans-Georg von Friedeburg pour tenter de convaincre les Occidentaux de conclure une capitulation séparée. Le général américain l'éconduit, tout en prévenant Staline des tentatives allemandes. Le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Union soviétique se sont en effet mis d'accord sur une capitulation totale et inconditionnelle du gouvernement allemand et de l'OKW sur tous les fronts, n'acceptant que des redditions ponctuelles dans le cadre des engagements (unités déposant les armes et se constituant prisonnières) et non dans le cadre d'un traité. Dönitz réitère ses avances le 6 mai en désignant alors le général Jodl, son chef d'état-major, mais ce dernier essuie le même refus. L'intransigeance d'Eisenhower est en effet implacable depuis le 12 avril 1945, date à laquelle il découvre horrifié les charniers d'Ohrdruf, annexe du camp de concentration de Buchenwald qui vient d'être libéré3.

C'est donc le , à h 41, que la reddition de l'armée allemande est signée à Reimsdans une salle du Collège technique et moderne (actuel lycée Roosevelt) abritant le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force, par le maréchal allemand Alfred Jodl4, en présence des généraux américains Walter B. Smith et Eisenhower, du général français François Sevez et du général soviétique Sousloparov, les combats devant cesser le  à 23 h 1. L'acte signé est purement militaire.

Ceci provoque la fureur de Staline qui veut que la capitulation de l'Allemagne soit signée dans sa capitale, à Berlin, où les soldats de l'Armée rouge règnent en maîtres5. Les journalistes occidentaux répandent rapidement la nouvelle de la capitulation, précipitant ainsi les célébrations. Les combats continuent cependant sur le front de l'Est.

L'exigence de Staline est honorée et une nouvelle signature a lieu le , dans la nuit du  au  à h 16 heure russe (23 h 16heure de l'Ouest), dans une villa de Karlshorst, quartier général du maréchal Georgi Joukov dans la banlieue Est de Berlin (aujourd'hui le musée germano-russe Berlin-Karlshorst). Les représentants de l'URSS, de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis arrivent peu avant minuit. Après que le maréchal Georgi Joukov eut ouvert la cérémonie, les représentants du Haut commandement allemand, dont le maréchal Wilhelm Keitel, sont invités à signer l'acte de capitulation entrant en vigueur à 23 h 1, heure locale6 (heure d'Europe centrale), soit le  à h 1, heure de Moscou. C'est l'amiral Hans-Georg von Friedeburg et le maréchal Keitel qui signèrent l'acte de capitulation.

La reddition a donc lieu le 9 mai 1945 pour les Soviétiques et les pays est-européens alliés. De ce fait les Soviétiques, puis les Russes et leurs alliés est-européens, commémorent cette capitulation le 9 mai, sous le nom de Jour de la Victoire.

Il faudra cependant attendre la capitulation officielle du Japon le  (« V-J Day », pour « Victory over Japan Day », annoncé le ), lorsque le ministre des Affaires étrangères Mamoru Shigemitsu signe les articles de la reddition des forces japonaises sur le pont de l'USS Missouri dans la baie de Tokyo, pour que la Seconde Guerre mondiale prenne fin.

Jour férié en France[modifier | modifier le code]

La loi du 7 mai 1946 prévoit que la commémoration du 8 mai 1945 soit fixée au 8 mai de chaque année, si ce jour est un dimanche, ou le dimanche suivant. Dès cette année et plus nettement dans les années suivantes, c'est-à-dire jusqu'en 1951, la commémoration perd de son importance alors que les associations d'anciens combattants réclament la reconnaissance du 8 mai comme jour férié et chômé. Ces associations organisent ainsi leur propre manifestation. L'adoption de la loi n° 53-225 du  clarifie la situation : le 8 Mai est déclaré jour férié (mais non chômé) de commémoration en France. Cela n'empêche pas les cérémonies de revêtir un réel éclat de 1953 à 19587.

Dans une logique de réconciliation avec l'Allemagne, le président Charles de Gaulle supprime le caractère férié de ce jour par le décret du  qui fixe la date de la commémoration au deuxième dimanche du mois de mai8. Puis le décret du 17 janvier 1968 décide que le 8 mai sera commémoré chaque année, à sa date, en fin de journée.

En 1975, dans cette même logique afin de souligner la volonté des Européens d'organiser en commun leur avenir pacifique, le président Giscard d'Estaing supprime également la commémoration de la victoire alliée de 1945. Cette décision suscite un tollé général de la part des associations d'anciens combattants9.

C'est à la demande du président François Mitterrand que cette commémoration et ce jour férié seront rétablis, par la loi n° 81-893 du  qui ajoute cette date à la liste des jours fériés désignés par le code du travail10.

Source : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/8_mai_1945

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945
Colombes : commémoration du 8 mai 1945

Voir les commentaires

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"

7 Mai 2019, 11:05am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie" 

Je tiens à remercier Myriam Petit pour avoir faciliter cette rencontre avec Delphine Batho.

Entretien autour de l'Ecologie sur Colombes et de la prise de conscience par les Habitants et les élus pour améliorer nos actions individuelles afin d'améliorer notre cadre de vie.

l'écologie est un droit et un devoir personnel et collectif ! 

Le parti de l'écologie populaire et de gouvernement
 

En France, comme en Europe et dans le monde, l’écologie a besoin d’une nouvelle force. Et ceci pas seulement dans la perspective de conquérir le pouvoir pour accomplir notre projet dans sa plénitude. Mais dès à présent, car chaque jour qui passe doit être utile pour créer les rapports de force à même de peser sur le cours des décisions prises par ceux qui sont aux responsabilités.

Notre priorité est de sortir l’écologie politique de sa marginalisation.

Nous nous adressons à l’ensemble des citoyens, à la jeunesse comme à toutes les générations, avec pour ambition de construire dans la société une majorité culturelle pour l’écologie. A travers notre parti, nous voulons insuffler une dynamique afin de porter dans le champ politique les valeurs de l’écologie déjà sous-jacentes dans la société.

Nous défendons une écologie ouverte, de la vie quotidienne, populaire, utile, ancrée au plus près des citoyens pour répondre à leurs préoccupations immédiates et essentielles: le droit à une alimentation saine sans pesticide, sans additif, produite localement ; le droit à une vie en bonne santé ; le droit à une nature préservée ; l’accès de tous aux biens communs fondamentaux dont nous refusons la marchandisation ; l’exigence d’une justice qui protège réellement et efficacement ces droits. La lutte contre la malbouffe et les perturbateurs endocriniens, pour la sauvegarde de la biodiversité, pour la qualité de l’eau et un habitat décent, pour la sobriété énergétique, les énergies renouvelables ou encore contre la pollution de l’air – troisième cause de mortalité en France ! - sont au centre de notre projet politique.

Nous nous définissons comme le parti de l’écologie de gouvernement, déterminé à bâtir la crédibilité économique et socialedu projet de transformation écologique, qui a tant fait défaut jusqu’ici. L’écologie ce n’est pas seulement l’environnement, c’est aussi un budget écologique, un État écologique, des politiques publiques qui, dans tous les domaines, organisent l’empreinte écologique positive et la résiliencede notre société.

Notre projet politique est ancré dans le réel en vue de l’exercice des responsabilités de l’État.

Nous sommes convaincus que le déclassement industriel de la France et de l’Europe ne peut être stoppé que par une politique vigoureuse de régulation et d’investissements pour les économies d’énergie et la sortie des énergies fossiles, un nouvel aménagement du territoire, une transformation profonde de notre modèle agricole et productif, en opérant un changement de paradigme. Cette révolution passe par une décentralisation accrue, de nouveaux modes de distribution et d’échanges, et s’appuie sur le savoir-faire des PME et des TPE, principales créatrices d’emplois. Nous voulons des modes de production circulaires qui tiennent compte de l’ensemble des étapes de la production, de la consommation et du recyclage ou de la fin de vie des produits. Nous voulons une relation entre société et territoires qui respecte la biodiversité et des modes de vie plus humains. Nous voulons que la révolution numérique soit mise au service du progrès écologique et démocratique. Nous voulons une économie basée sur la coopération au lieu de la compétition. Nous voulons que les savoir-faire citoyens trouvent leur place dans les décisions qui engagent l’existence des générations présentes et futures.

Dans cette perspective, nous nous appuyons sur toutes celles et ceux qui agissent concrètement:

Sur les combats de la société civile, et toutes les luttes écologiques que nous faisons nôtres ;

Sur les travaux des chercheuses et des chercheurs de toutes les disciplines, ainsi que sur l’expertise et les sciences citoyennes;

Sur les entreprises, en particulier les PME et les ETI, qui, loin du « business as usual » des multinationales, orientent d’ores et déjà leurs modes de production vers les innovations de la révolution des usages, l’économie circulaire et bio-sourcée, l’économie sociale et solidaire ; sur les agricultrices et les agriculteurs en pointe dans l’agro-écologie ;

Sur une écologie ancrée dans l’action locale des territoiresqui agissent, en métropole comme dans les Outre-Mer. Richesse humaine et naturelle inestimable qui permettent à la France d’être présente sur tous les océans, les Outre-Mer sont en première ligne face au réchauffement climatique et concentrent 80% de la biodiversité française, avec un potentiel considérable pour toutes les solutions d’avenir pour l’autonomie énergétique, la gestion durable des ressources et l’organisation de la résilience des territoires et de la Nation.

Nous affirmons que la condition de la reprise en main par l’humanité de son destin passe par le combat sans merci contre les lobbies et la technocratiequi organisent dans les coulisses l’impuissance publique. Un État écologique, c’est un État qui réhabilite le pouvoir politique légitimement élu, qui met en oeuvre une régulation au service de politiques publiques de respect de la biodiversité et de lutte contre le dérèglement climatique, et qui organise l’interaction avec les citoyens. Nous voulons la fin des domaines réservés de la décision, cette conception qui a permis la construction du nucléaire sans jamais imaginer comment en sortir, d’une agriculture biberonnée aux poisons chimiques, d’une pollution à grande échelle qui fait régresser la santé publique. Un État écologique écoute les citoyens, défend les libertés collectives et individuelles contre les pouvoirs de l’argent et la confiscation de la puissance publique par des intérêts particuliers. Un État écologique traque les conflits d’intérêts, les petits accords entre amis, les renvois d’ascenseur au sommet du pouvoir. Nous ne transigeons pas sur le respect de la morale publique.

Nous sommes porteurs d’une transformation démocratique des institutionset de l’État et de nouvelles conquêtes pour la souveraineté des citoyens, à commencer par l’exigence d’une souveraineté numériquequi prolonge dans le cyberespace le projet républicain pour mettre la révolution numérique au service de tous plutôt qu’au service des oligopoles de l’internet.

Un État écologique est démocratique, largement décentralisé, bienveillant, égalitaire, laïque, républicain, féministe, européen et internationaliste.

Pour nousl’écologie est sociale. Nous considérons l’explosion des inégalités et la destruction de la nature comme les deux faces de la même médaille : celle d’un modèle où le profit est basé sur la pollution, la surconsommation et la compétition. La réduction des inégalités sociales passe par l’écologie. Face à la dégradation des conditions de vie, notre projet social repose sur la coopération et le travail, pour une économie sobre en ressources mais riche en intelligence et en savoir-faire matériels et immatériels.

Pour nous l’écologie est non-violente, démocratique et républicaine, sans ambiguïté possible car les moyens déterminent la fin. Nous inscrivons la civilisation écologique dans le prolongement de la Révolution française et comme une nouvelle étape du combat pour le progrès universel des droits humains et la paix. Nous faisons nôtre les combats contre toute forme de discrimination, pour la diversité et pour les nouveaux droits humains en lien avec les évolutions de la société.

Pour nousl’écologie est féministe. Génération Écologie se conçoit comme le parti de la révolution féminine. La loi sur la parité ne suffit pas. Nous voulons la liberté pleine et entière des femmes et la féminisation du pouvoir, partout, à tous les niveaux économiques, sociaux, culturels et politiques, dans tous les domaines. Nous affirmons que le mouvement universel pour l’égalité et la mixité porté par les femmes est un des leviers les plus puissants de la transformation de notre modèle de civilisation.

Défenseurs de la laïcitécomme principe d’émancipation face à l’ingérence de toute religion dans la sphère publique, nous reconnaissons la dimension éthique de l’écologie, qui s’adresse à l’intimité de chacun. La rupture avec le consumérisme et une nouvelle relation avec la nature supposent à nos yeux un nouvel âge de l’humanité, une conscience personnelle et collective de la communauté de destin qui nous unit au vivant animal et végétal.

Pour nousl’écologie est transmission. L’écologie est au cœur de l’éducation et de la formation de toutes les citoyennes et citoyens, à tous les âges, tout au long de la vie. Connaître et comprendre les interactions de l'Homme avec son environnement, c'est se donner la possibilité de penser plus librement, de choisir avec responsabilité, d'agir en toute conscience. Un projet d'écologie politique n'a de force que s'il est construit, porté et nourri par, pour et avec des citoyens avertis, à tous les stades de leur développement, de leurs compétences, de leurs capacités. C'est pourquoi notre projet s'ancre dans la conviction que l'éducation s'adresse à tous, qu'elle est de tous les instants, que chacun éprouve le besoin et le désir d'apprendre et d'évoluer, et qu'il en a le potentiel. L’écologie doit conquérir le cœur de l’opinion publique par la conviction, la persuasion et non par la peur, les tabous ou la contrainte.

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

 

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"
Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"
Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"
Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"

Rencontre avec Delphine Batho : Présidente de "Génération Ecologie"

Voir les commentaires