Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

cantine

Colombes adapte les modalités de réservation de la restauration scolaire

4 Novembre 2020, 20:33pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Restauration scolaire : nouveau dispositif

La Ville de Colombes adapte les modalités de réservation de la restauration scolaire des prochaines semaines afin de vous permettre d'organiser au mieux vos emplois du temps familiaux :

- du 2 au 20 novembre inclus, les repas seront facturés à la consommation ;

- à partir du 23 novembre, les repas devront être réservés via le portail famille (https://portail-famille.colombes.fr ; rubrique Réservations).

Rappel : les repas doivent être réservés au plus tard dix jours avant le jour de consommation (les repas du 23 novembre doivent être réservés au plus tard le 13 novembre).

Le service AIRP reste disponible pour toute information complémentaire à l'adresse suivante : cmrs@mairie-colombes.fr.

Voir les commentaires

Colombes : la pénalité de 5 € à la cantine sera bien maintenue

10 Avril 2018, 18:00pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

 

Colombes : la pénalité de 5 € à la cantine sera bien maintenue

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval @adaboval|09 avril 2018, 19h38|MAJ : 09 avril 2018, 20h33|

 

Un recours avait été déposé contre la mairie par plusieurs associations de parents d’élèves. Mais pour une question de délai, le tribunal administratif ne l’a pas retenu.
La mairie de Colombes ne cache pas sa satisfaction. Les parents d’élèves leur déception. Ce lundi, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) a « désisté » la FCPE, Veil Active et Am Stram Gram de leur requête. Ces associations réclamaient l’annulation de la pénalité de 5 € mise en place dans les cantines et les centres de loisirs par la municipalité (LR).

Concrètement, les familles qui mettent leur enfant à la cantine ou au centre de loisirs alors qu’il n’était pas inscrit ou celles qui n’annulent pas leur inscription avant 9h30 le jour même tombent sous le coup d’une pénalité de 5 €. Cette majoration s’ajoute au prix du repas. L’objectif de la municipalité était de commander le nombre exact de menus, de cars et d’encadrants et de lutter ainsi contre le gaspillage alimentaire.

« Chaque année, nous jetons 80 000 repas à la poubelle, soit 280 000 € », faisait alors valoir l’adjointe en charge de l’éducation, Leila Leghmara. « Que l’on paie le repas non consommé, d’accord, mais une pénalité de 5 € en plus, non », rejetait Abdel Mesbahi, à l’époque président de l’union locale FCPE.

Les parents ne feront pas appel
Cette délibération instaurant la pénalité de 5 € est-elle légale ? Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise n’a pas examiné le fond du dossier. Il a décidé de « désister » les associations de parents parce que… leur avocat n’avait pas répondu assez vite. « Invité à confirmer expressément le maintien des conclusions de la requête dans le délai d’un mois qui lui avait été imparti, aucune confirmation n’est intervenue », constate le président de la 10e chambre.

Il demande en outre aux associations FCPE, Veil Active et Am Stram Gram de verser à la commune de Colombes 500 € pour ses frais. « Nous regrettons ce loupé, confie Joël Riandey, président de l’union locale FCPE. Nous avions vu l’avocate la semaine dernière pour répondre. » Les parents ont décidé de ne pas faire appel de la décision car, comme le rappelle également la mairie, « la pénalité de 5 € n’a jamais été appliquée », la mesure se voulant surtout dissuasive.
 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : la pénalité de 5 € à la cantine sera bien maintenue

Colombes : la pénalité de 5 € à la cantine sera bien maintenue

Voir les commentaires

Hauts-de-Seine : bientôt fini les repas beurk à la cantine du collège ?

15 Mars 2018, 18:39pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

 

Hauts-de-Seine : bientôt fini les repas beurk à la cantine du collège ?

 

Qualité médiocre, quantités jugées insuffisantes… Face aux critiques sur les assiettes des élèves, le département prend de nouveaux engagements. Le prestataire sera renouvelé à la rentrée.

Dans les collèges des Hauts-de-Seine, la cantine n’a pas franchement la cote auprès des élèves… Ni de leurs parents, qui se battent depuis plusieurs années pour du changement.

Ils devraient être servis à la rentrée prochaine. Car l’appel d’offres visant à choisir le prochain prestataire de restauration sur la période 2018-2022 vient d’être lancé. Et le conseil départemental annonce avoir imposé, dans son cahier des charges, l’intégration d’une labellisation bio par les candidats.

Le collectif « Une bonne restauration pour tous », créé par des parents de collégiens, avait justement lancé une pétition pour réclamer la mise en place d’un label, proposant le nom d’Ecocert,leader de la certification en agriculture bio en France.

Au moins 20 % de bio et 5 % de local dans les assiettes

« Quand nous avions lancé la précédente délégation de service public, on parlait moins de circuits courts, de labels… reconnaît Nathalie Léandri, vice-présidente (LR) du conseil départemental chargée des Affaires scolaires. C’est devenu une demande et nous devons y répondre. »

 

Le département a demandé aux prestataires de travailler sur des menus comprenant « au moins 20 % de composants bios et 5 % de produits en provenance du local », poursuit l’élue, qui indique que des sensibilisations seront également menées auprès des collégiens, mais aussi des actions anti-gaspi. Les OGM, eux, seront proscrits.

« Si cela se confirme, c’est une excellente nouvelle ! » s’exclame Alexandre Moreau, du collectif Une bonne restauration pour tous, qui « ne compte plus » les réunions qu’il a mises en place pour dénoncer les dysfonctionnements dans les cantines des collèges. « L’avantage d’une labellisation, c’est justement que le label contrôlera lui-même la bonne application du contrat par le prestataire, et non plus le département », explique Muriel Ducouret-Ferrandi, du collectif également.

Le futur prestataire devra aussi proposer sur un projet comprenant des repas à quatre ou cinq composantes, contre quatre aujourd’hui. Monter aux cinq choix est aussi une priorité du collectif, las de voir des collégiens « le ventre vide » après des repas sans saveur ou des choix trop limités notamment en fin de service. « Le contrat en cours est un échec », clame Alexandre Moreau.

« Des choses ont été dénoncées par les parents et ont été rectifiées »

Depuis 2014, c’est Elior qui prépare les 18 000 repas servis dans les 56 collèges faisant partie de la délégation de service public, avec des repas à des tarifs oscillant entre 0,60 € et 4,20 €, selon le quotient familial des collégiens. Des prix qui ne bougeront pas.

Et le département de reconnaître « avoir beaucoup appris des quatre années qui se sont écoulées. » « Des choses ont été dénoncées par les parents et ont été rectifiées », estime Nathalie Léandri. Sans en dévoiler le montant, l’élue indique que « des pénalités très importantes » ont été infligées au prestataire sur des questions relatives à « la quantité » ou encore à « la présentation » des repas.

Le nom du nouveau prestataire doit être annoncé le 29 mars par le conseil départemental.

 

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Anthony Lieures|06 mars 2018, 19h42|MAJ : 06 mars 2018, 19h51|

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Hauts-de-Seine : bientôt fini les repas beurk à la cantine du collège ?

Voir les commentaires

COCLICO : les élus de Clichy s’écharpent sur les « repas de secours » à la cantine

10 Avril 2016, 17:51pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr

COCLICO : les élus de Clichy s’écharpent sur les « repas de secours » à la cantine
COCLICO : les élus de Clichy s’écharpent sur les « repas de secours » à la cantine

COCLICO : les élus de Clichy s’écharpent sur les « repas de secours » à la cantine

Il est baptisé « Ecoles en danger » : c’est un tract que les élus socialistes font actuellement circuler à Clichy. Il y est notamment question de « repas de secours » donnés aux enfants lorsque le nombre de demi-pensionnaires est supérieur aux quantités livrées par le prestataire -un syndicat mixte que la ville partage avec Colombes depuis 2011, le Sivu CoCliCo.

A Clichy, le système fait que chaque matin, les élèves déjeunant à la cantine sont comptabilisés en classe. Certains jours, il y a donc plus de repas que d’enfants, et parfois c’est l’inverse…

Un sujet abordé lors du dernier conseil municipal, jeudi, et qui a donné lieu à des échanges houleux entre la majorité et l’opposition. Samia Idri (PS) a dégainé la première pour dénoncer des « plats froids ou des raviolis aux épinards réchauffés sans aucune norme d’hygiène ». Avant d’enfoncer le clou en faisant état de « dates dépassées ». Sur ce dernier point, la municipalité dément formellement, soulignant que « CoCliCo réfléchit à porter plainte pour diffamation ».

Au sujet des repas froids, la ville assure qu’ils ne sont servis qu’en cas de grève. Ils sont composés de taboulé, chips, compote et gâteaux. « Une réunion s’est d’ailleurs tenue avec des parents en présence du président du syndicat et d’une diététicienne, précise la mairie. Ils ont obtenu l’assurance qu’une commission serait mise en place pour choisir les futurs produits. »

Pour les repas dits de substitution -les fameux raviolis bio aux épinards- la ville explique que depuis le retour des vacances de février, elle a effectivement décidé de se limiter aux commandes prévisionnelles passées au prestataire, sans livraisons supplémentaires en fin de matinée. Une décision prise dans un « souci d’économie et de lutte contre le gâchis alimentaire », explique Véronique Cabasset, conseillère municipale déléguée à la caisse des écoles. « Sur l’année 2014-2015, ce sont 99 345 repas qui ont été livrés aux écoles et jetés à la poubelle », s’emporte l’élue. Précisant que chaque repas est facturé 3,66 € par CoCliCo. « La première semaine du nouveau système, nous avons comptabilisé 4,6 repas de substitution servis par jour et par école, poursuit Véronique Cabasset. Ce chiffre est tombé depuis à 0,5 ». Des arguments qui n’ont pas convaincu l’opposition. « Vous parlez de chiffres, et nous des enfants auxquels vous ne donnez pas des repas convenables », s’énerve Samia Idri.

« Ils dénoncent les conséquences de leur propre gestion », réagissait ensuite Alice Le Moal (MoDem), adjointe en charge de l’éducation. Soulignant que lorsque la droite à repris la mairie en juin dernier, elle s’est retrouvée face à 500 000 € d’impayés de cantine. « Nous avons hérité d’un système totalement défaillant », poursuit-elle. La majorité réfléchit désormais à mettre en place une tarification forfaitaire au mois, et non plus au repas. A Colombes, la municipalité est allée plus loin : si les parents n’annulent pas avant 9 h 30 en cas d’absence, ils payent non seulement le repas mais aussi 5 € de pénalité.

http://www.leparisien.fr/clichy-92110/les-elus-de-clichy-s-echarpent-sur-les-repas-de-secours-a-la-cantine-03-04-2016-5683273.php

Anne-Sophie Damecour | 03 Avril 2016, 16h48 | MAJ : 03 Avril 2016, 16h48

Lionel FAUBEAU

Président de l'association
site internet : www.lecolombesquejaime.fr
mail : lecolombesquejaime@free.fr

Voir les commentaires