Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

ecole elementaire

Colombes : sécurisation des écoles "vigipirate"

20 Mars 2017, 18:55pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : sécurisation des écoles "vigipirate"

Dans un courrier du 13 mars la municipalité vient d'annoncer le renforcement des écoles de Colombes par la mise en place "dans chaque école" d'un visiophone "pour permettre une ouverture sécurisée à distance et d'une alarme anti-intrusion".

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@free.fr

@ilovecolombes

Colombes : sécurisation des écoles "vigipirate"

Colombes : sécurisation des écoles "vigipirate"

Voir les commentaires

Nous Citoyens et Colombiens avons aussi le droit de faire de la politique : STOP aux professionnels de la politique

4 Mars 2017, 10:58am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Nous Citoyens et Colombiens avons aussi le droit de faire de la politique : STOP aux professionnels de la politique

 

Il faudrait "rénover" la Politique pour qu'elle soit réellement proche des citoyens en mettant en place une véritable pluralité dans nos élections et le choix des représentants 

Constat : les partis politiques monopolisent la "vox populi" par la mise en place d'une structure hiérarchisée avec ses cadres, ses personnes d'influence, ses réseaux etc...

Le résultat de ce type de fonctionnement est le non renouvellement des élites politiques et la sclérose des fédérations et des sections sur le plan local.

La conséquence de cette situation est le désintéressement ou le "dégoût" grandissant de la population pour la chose publique au motif du : "tous pourris", " ils profitent du system", "rien ne change", "c'est les mêmes têtes", etc....

Pourtant, tous les jours des élus, travaillent sans relâche pour gérer leur ville, leur département, leur région... On ne les voient pas à la TV, dans les journaux et pourtant ils existent et s'épuisent à travailler pour l'intérêt général tout en se "battant" pour mettre à mal les nombreux préjugés des citoyens.

 

Comment sommes nous arrivés à cette situation ?

 

Je suis loin d'avoir la science infuse. Je veux simplement exposer ma pensée qui n'est pas spécialement neutre mais faite de convictions.

Si nous n'avons plus de convictions autant tout arrêter de suite et subir les aléas politiques en se disant : " de toute manière ...c'est comme ça..on ne pourra rien y faire"

IL NE FAUT PAS BAISSER LES BRAS !

Non, il n'y a pas de fatalité : il faut remettre le citoyen au coeur de la vie de la cité et ne plus laisser cela aux professionnels de la Politique . Oui, car certains confondent, intérêt personnel et intérêt collectif, bien personnel et bien public, plan de carrière politique et vie de Monsieur ou Madame "tout le Monde".

Pour entrer et poursuivre en politique, il faut du temps , de l'énergie, de la présence, de la disponibilité permanente pour tisser son réseau.

et alors, me direz vous ? 

Et alors, faite le tri, regardez et analysez les listes aux élections vous verrez : des personnes déjà élus, des professions libérales, des retraités de la fonction publique, des retraités du privé, des fonctionnaires mis en disponibilité, des assistants parlementaires....

Je ne veux pas stigmatiser untel ou untel car chacun doit avoir sa place mais ne pas avoir toutes les places.

Avez vous remarqué quelque chose : l'absence des salariés du privé, je ne parle pas des chefs d'entreprises ou des salariés du privé en lien avec la commune , le département etc...

Je vous parle du salarié qui travaille du matin au soir, du salarié qui dépose ses enfants à l'école et les récupères le soir, du salarié qui fait ses courses le samedi, fait le ménage ....

Pour moi, ces citoyens actifs et souvent impliqués dans les associations sont les "laisser pour compte" de la politique .

Les élus doivent pouvoir représenter l'ensemble de la population vivant sur son territoire : commune, département, région.

D'accord mais comment permettre aux salariés du privés : femmes ou hommes de donner de leur temps à la chose publique ?

D'abord, en leur faisant une place sur les listes électorales, en proposant des tickets électoraux etc...

Ensuite, en permettant de conjuguer vie professionnelle, vie familiale et vie politique en mettant en place des "heures de délégations politique" pour pouvoir consacrer du temps à la chose publique sans perte de salaire.

Enfin, en rémunérant à leur juste valeur les élus et en interdisant tout cumul de mandat quel qui soit. trouvez vous normal qu'un Conseiller municipal perçoive 100 € par mois ?

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@free.fr

@ilovecolombes

lionel FAUBEAU - président de l'association citoyenne Lecolombesquejaime

lionel FAUBEAU - président de l'association citoyenne Lecolombesquejaime

Voir les commentaires

COLOMBES : QUE SE PASSE-T-IL A L'ECOLE SIMONE VEIL ?

3 Mars 2017, 19:30pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

 

COLOMBES : QUE SE PASSE-T-IL A L'ECOLE SIMONE VEIL ?

 
27 février 2017

Un article du Parisien paru ce matin titre sur l'école Simone Veil, située dans l'écoquartier de la Marine, et sur le fait qu'elle aurait été mal conçue.

L'article fait état de graves dysfonctionnements acoustiques, bien réels, et aborde les plaintes des parents et la manière dont la municipalité veut engager des procédures devant le tribunal administratif avant de faire jouer son assurance dommage ouvrage.

Je n'avais pas eu à suivre directement ce dossier quand j'étais maire-adjoint, mais la manière dont la municipalité traite ce dossier est plus qu'exaspérant.

En effet, cet article est en partie inexact et visiblement la municipalité, hostile depuis le début à l'écoquartier au point d'en faire disparaître toute référence (cf le dernier conseil municipal), a tout fait jusqu'à maintenant pour que ce dossier soit réglé rapidement et dans de bonnes conditions. Il faut dire aussi que les ingénieurs et techniciens municipaux qui avaient suivi la conception et le chantier, du fait d' une politique du personnel inadéquate, ont quitté la ville!

L'école n'a pas été mal conçue comme le titre le Parisien, mais il y a une mauvaise mise en œuvre de plâtres acoustiques déjà utilisés et qui ont fait leurs preuves dans d'autres constructions. Cette mauvaise mise en œuvre est le fait d'une entreprise sous-traitante. Ce fait a très tôt été identifié par les bureaux de contrôle, et des solutions de correction ont été testées par l'entreprises donneuse d'ordre dans deux salles de classe, test qui ont donné satisfaction. Comme dans tout litige lié à un chantier, les assurances ont été saisies, des experts désignés, et si le diagnostic était bien identifié, un désaccord a porté sur la responsabilité de la mise en œuvre.

A ce moment-là, il aurait fallu que la mairie fasse jouer immédiatement sa garantie dommage-ouvrage, sans tarder, ce qui aurait permis à ce que l'ensemble des classes concernées soient traitées dès les vacances scolaires d'été, voire à celles de la Toussaint, au pire à Noel, au très pire aux vacances de février. La ville engageait la dépense et se faisait rembourser par les assurances une fois le litige tranché. Mais Nicole Gouéta n'a pas voulu procéder de la sorte et a préféré attendre mars 2017, pour finalement déclencher un référé au tribunal administratif, et proposer de transférer les élèves à la rentrée prochaine dans d'autres établissements alors que les travaux pourraient être réalisés pendant l'été.

Cette crispation incompréhensible lui permet alors d'incriminer l'architecte de cette opération, qui est pourtant quelqu'un de reconnu dans la profession, ainsi que l'ancienne équipe municipale, à l'origine de l'écoquartier. Le plus terrible, c'est que cette absence de prise de décision dès que la malfaçon a été identifiée a été irresponsable car préjudiciable à la scolarité des enfants du quartier et à la qualité du travail de l'équipe enseignante, alors que tout aurait pu être physiquement réglé depuis des mois.

Tout cela sent l'incompétence et la mauvaise fois. C'est petit, c'est minable, c'est Gouéta.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@free.fr

@ilovecolombes

Voir les commentaires

la Création d'un "Conseiller Municipal Volontaire" : CMV

3 Mars 2017, 19:10pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

la Création d'un "Conseiller Municipal Volontaire" : CMV

Vous êtes à la recherche d'une démocratie directe , d'une participation active des citoyens pour leur commune : le Conseiller Municipal Volontaire.

Constat : lors des élections municipales les principales organisations politiques se partagent les listes électorales pour constituer le Conseil Municipal .

Et après ?

Après, ...il se dégage une majorité municipale tantôt de Droite, tantôt de gauche.

cette majorité est élue sur un programme, mais il existe des aléas en politique : économique, politique... mais rien pour garantir un "véritable contrôle interne au fil du mandat.

Chaque organisation politique prenant le soin de défendre les courants de pensés de son camp.

et le citoyen dans tout cela ?

Il compte les points ...

Pour ne plus subir le Diktat de la majorité municipale : placardage d'une propagande municipale, journal municipal dévoué à la "bonne" cause, ... il faut créer des Conseillers Municipaux Volontaires".

Comme son nom l'indique, c'est un Citoyen Volontaire, inscrit sur les listes électorales qui pourra se présenter à ce ou ces "postes" en fonction d'un pourcentage lié à la population.

Et comment se portera le choix de ce Citoyen Volontaire ? : avec une grande neutralité  = un tirage au sort.

Attention, le tirage au sort est neutre mais chacun aura bien sûr ses propres convictions.Nous sommes quand même en démocratie .

Calqué sur le rôle du Conseiller municipal , il n'aura aucun droit de vote, car non élu, et disposera des mêmes moyens que la Municipalité pour diffuser ses informations. 

Il disposera "d'heures de délégations citoyennes" pour ne pas subir de baisse de salaire.

Il assistera aux Conseils municipaux, aux commissions etc...


 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@free.fr

@ilovecolombes

la Création d'un "Conseiller Municipal Volontaire" : CMV

la Création d'un "Conseiller Municipal Volontaire" : CMV

Voir les commentaires

Mal conçue, l’école de Colombes à 25,8 M€ fait vivre l’enfer à ses occupants

28 Février 2017, 18:35pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Mal conçue, l’école de Colombes à 25,8 M€ fait vivre l’enfer à ses occupants

Ce qui devait être «l’école du XXIe siècle» s’avère être un enfer pour élèves et enseignants. La mairie de Colombes (Hauts-de-Seine) va engager cette semaine une action en justice.

25,8 M€, 7 000 m², vingt et une classes, une salle de sport, un restaurant, deux cours de récréations, 543 panneaux solaires, un réseau de chaleur biomasse… et un fiasco.

 

Le groupe scolaire Simone Veil, situé au sein de la ZAC de la Marine et inauguré en septembre 2015 à Colombes (Hauts-de-Seine), et qui devait être « l’école du XXIe siècle », s’avère être un enfer pour élèves et enseignants.

La mairie va engager cette semaine une action en justice.


L’école, qui n’a ouvert que quinze classes, faute d’effectif, souffre de problèmes d’acoustiques importants, rendant le travail des élèves et enseignants « impossible ». « Les enfants sont fatigués, plus agités, ils ont mal au crâne. On s’est aperçu qu’ils parlaient plus fort à la maison, et qu’ils augmentaient le volume de la télévision… Ils souffrent ! » s’emporte Dalila Ghermaoui, responsable de l’association Veil Activ’.


Le problème a été signalé dès la rentrée 2015, et des relevés ont été effectués le mois suivant. Sans que rien ne soit encore réglé.

« Nous ne pouvions pas le savoir avant la rentrée en visitant l’école vide », affirme la maire (LR) Nicole Goueta. Alors à qui la faute ? Chacun se renvoie la patate chaude. Et les experts de chaque camp se livrent bataille. A en croire le cabinet d’architecte Coulon & Associés, qui a conçu le projet, le problème vient du plâtre projeté, matériel utilisé pour l’acoustique.

« Nous l’avons déjà utilisé dans d’autres groupes scolaires, assure Olivier Nicolas, l’architecte en charge du projet. Le problème est qu’il a été mal posé. Son efficacité est donc quasi nulle ».
 

Un référé provision devant le tribunal administratif

 
Le cabinet a proposé une « mesure de compensation » avec des panneaux d’isolation phonique.

Deux classes, l’une en maternelle, l’autre en élémentaire, ont été équipées, à la charge de l’entreprise prestataire en juillet 2016. « Les professeurs ont signalé une amélioration dans ces deux classes. Pourquoi ne pas équiper les autres ? » s’interroge Dalila Ghermaoui. Sûrement à cause du prix. Selon les estimations de la mairie, installer les panneaux dans les vingt-une classes reviendrait à une facture de 170 000 €. « Nous ne sommes pas responsables. Ce n’est pas à nous de payer », tranche Nicole Goueta.


La mairie, qui entend faire jouer l’assurance dommage ouvrage, va déposer cette semaine un référé provision devant le tribunal administratif pour récupérer la somme qui lui est dû.

 

En attendant que la procédure aboutisse, elle a décidé, après une réunion publique organisée le jeudi 23 février, de proposer une dérogation, à chaque parent d’élève, vers les deux écoles voisines : Buffon et Charles Peguy.

Jusqu’à deux cent enfants pourraient y être accueillis à la rentrée prochaine. Une solution temporaire, qui peine encore à convaincre les parents.


« Comment vont-ils les choisir ? Cela va pénaliser les enfants qui resteront ! », tance Lætitia Barry, mère d’une élève en dernière année de maternelle. Et si les élèves partent, les professeurs pourraient les suivre.

Certains envisagent de demander leur mutation. « Ce n’est pas une solution que l’on choisit, assure Valérie Mestres, la directrice de l’école.

Mais notre quotidien est infernal, nous partirions la mort dans l’âme ». Une perspective qui « inquiète » les parents, mais qui ne les surprend pas. « Même les remplaçants ne restent que quelques jours avant de partir, souffle Samira. C’est normal ».


  leparisien.fr
 
>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine>Colombes|Victor Tassel|26 février 2017, 15h10 | MAJ : 26 février 2017, 23h53

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@free.fr

@ilovecolombes

mal conçue, l’école de Colombes à 25,8 M€ fait vivre l’enfer à ses occupants
mal conçue, l’école de Colombes à 25,8 M€ fait vivre l’enfer à ses occupants

mal conçue, l’école de Colombes à 25,8 M€ fait vivre l’enfer à ses occupants

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>