Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

en marche colombes

Colombes généralise la vidéoverbalisation à l’ensemble de la ville

5 Janvier 2018, 18:55pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes généralise la vidéoverbalisation à l’ensemble de la ville

Le dispositif permettra de verbaliser partout les véhicules mal garés mais aussi non port de la ceinture, l’usage du téléphone ou la conduite dangereuse d’un deux-roues.

Automobilistes, respectez attentivement le Code de la route à Colombes. Lors du conseil municipal de mardi, la municipalité a votél’extension de la vidéoverbalisation à l’ensemble de la ville. Le dispositif était jusqu’alors utilisé sur quatorze axes routiers importants de Colombes. « C’est une démarche lente et progressive, estime Jean-Paul Bolufer, adjoint en charge de la sécurité. C’est la quatrième délibération depuis 2014. Aujourd’hui, nous parachevons le dispositif pour lutter contre les comportements dangereux et fluidifier le trafic. »

En clair, les agents du centre de supervision urbaine (CSU) pourront verbaliser voitures ou scooters mal garés n’importe où dans la ville sans qu’une nouvelle délibération ne soit votée par le conseil municipal. Mais à condition que la rue soit couverte par l’une des quelque 80 caméras de vidéosurveillance déjà existantes.

« Les résultats sont encourageants, estime le maire-adjoint. La moyenne des infractions était de 150 par mois sur le premier semestre 2017. Ce chiffre est descendu à 24 en octobre. Dans les secteurs de la Gare du Stade, le boulevard Gabriel-Péri et Charles de Gaulle, nous avons atteint notre objectif de fluidité du trafic mais les comportements gênants se sont déportés dans des zones non couvertes proches. » Cela ne sera plus possible à l’avenir. Jean-Paul Bolufer rappelle d’ailleurs que la loi a ouvert depuis 2016 « la possibilité de verbaliser pour le non-port de la ceinture, l’usage du téléphone ou la conduite dangereuse d’un deux-roues. Mais ce n’est pas notre priorité. »

 

« Nous n’avons pas vocation à jouer Big Brother »

Dans les rangs de l’opposition municipale, la mesure divise. Si Philippe Sarre, l’ancien maire PS devenu macroniste (lire ci-dessous), vote pour, Brigitte Gonthier-Maurin (PCF) fait part de sa « crainte que ces équipements deviennent attentatoires à la liberté. Et on glisse sur des compétences de police nationale… » Jean-Paul Bolufer rassure : « Nous n’avons pas vocation à jouer Big Brother mais à améliorer la sécurité routière. »

Véronique Vignon, l’adjointe chargée de cette question, enfonce le clou : « 12 à 15 personnes sont blessées chaque mois à Colombes. Tout est bon pour les éviter. » Quant au socialiste Alexis Bachelay, il pointe « un point sensible oublié, l’avenue de Stalingrad, et beaucoup de stationnement illégal boulevard de Valmy. » Jean-Paul Bolufer concède « effectivement une marge de progrès avenue de Stalingrad » mais le maire Nicole Gouéta de clore le débat « Mais ça va quand même beaucoup mieux ».

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval|20 décembre 2017, 16h17|

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes généralise la vidéoverbalisation à l’ensemble de la ville

Voir les commentaires

Colombes : la députée retourne dans son ancien collège

24 Décembre 2017, 16:21pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : la députée retourne dans son ancien collège

« Est-ce que vous aviez des bonnes notes ? » Séance souvenirs ce vendredi matin pour la députée communiste Elsa Faucillon, venue parler de son travail parlementaire dans son ancien établissement, le collège Gay-Lussac de Colombes. « Et bien… oui, répond la jeune femme de 36 ans après une hésitation. J’avais des difficultés en maths. Mais je crois que c’était en troisième, une prof m’a dit que je faisais semblant de ne pas comprendre. Je me suis mise au travail et je suis passée de 7 à 17 en maths en deux mois. » Brouhaha admiratif dans l’assemblée composée d’élèves de sixième, de cinquième et de quelques troisième.

Dans une semaine, ces élèves iront visiter l’Assemblée nationale à Paris, guidée par la nouvelle députée de leur circonscription (Colombes - Gennevilliers - Villeneuve). En ce vendredi matin, certains lui posent des questions assez profondes. Ainsi ce jeune garçon, assis au deuxième rang, qui interroge : « Est-ce que vous avez déjà enfreint une loi que vous avez votée ? », cet autre qui lui demande si elle se sent « importante depuis qu’elle est députée » ou ce dernier qui veut savoir ce que sont les ordonnances.

En face, Elsa Faucillon répond avec pédagogie et simplicité. Même à d’autres questions plus… décalées ! Par exemple, si elle se déplace en limousine, a un styliste, se nourrit gratuitement au restaurant du Palais-Bourbon ou quelle est son équipe de foot préférée. Non, non et non, mais la réponse « OM », prononcée du bout des lèvres, suscitera la désapprobation générale.

 

 

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval @adaboval|24 novembre 2017, 19h25|

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : la députée retourne dans son ancien collège

Voir les commentaires

Colombes : Philippe Sarre marche seul

24 Décembre 2017, 15:19pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : Philippe Sarre marche seul

 

L’ancien maire PS a rejoint la majorité présidentielle. Il est l’unique membre de ce groupe au conseil municipal.

La rupture est désormais officielle. Philippe Sarre, ancien maire de Colombes, n’est plus socialiste mais En Marche. L’élu d’opposition a demandé la création de son propre groupe « majorité présidentielle » au conseil municipal de Colombes. « Ce n’est pas une surprise. J’avais porté une liste La République en Marche (LREM) aux élections sénatoriales, confie Philippe Sarre. Je n’ai pas renouvelé mon adhésion au PS en 2016 ni en 2017. Je suis membre de En Marche depuis septembre 2016. »

Un temps évoquée, la possibilité de renommer le groupe des cinq élus socialistes « socialistes et apparentés » ou « socialistes et En Marche » a finalement été écartée. Philippe Sarre siégera donc seul. « C’est plus clair pour tout le monde comme ça », affirme-t-il.

« Je suis venu à En Marche sans ambition… »

« Cela fait une belle diversité de l’opposition face une majorité plurielle qui va du Modem aux Républiques et à l’UDI, raille le maire (LR) Nicole Gouéta. Cela nous promet de beaux débats ! » L’opposition compte désormais 7 groupes pour… 14 élus : Philippe Sarre (LREM), Alexis Bachelay, Chantal Barthélémy-Ruiz, Michèle Etcheberry et Fatoumata SOW (PS), Yahia Bouchouicha, Patricia Pacary, Aïssa Ben Braham et Brigitte Gonthier- Maurin (PCF-FDG), Patrick Chaimovitch et Samia Gasmi (EELV), Véronique Monge (Citoyens Autrement), Anne Bourdu et Mohamed Regragui (PLD), Nora Djellab (Aimer la France).

 

A ce stade, Philippe Sarre se défend d’endosser l’étiquette En Marche pour tenter de reprendre les rênes de la ville à Nicole Gouéta, qui lui a ravi en 2014. « Il est vrai que le parti socialiste est en mauvaise posture et la droite des Républicains orthodoxes ne se portera peut-être pas mieux d’ici là. La majorité présidentielle a toute sa place aux élections locales. Mais je suis venu à En Marche sans ambition, calme cet ancien enseignant de 66 ans. Mon ambition n’est pas de redevenir ce que j’ai été mais de participer à la recomposition de l’échiquier politique. »

 

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval|20 décembre 2017, 16h35

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : Philippe Sarre marche seul

Voir les commentaires

Pour le Maire de Colombes, il n’y a pas de petites économies, mais que du profit, même quand c’est illégal !

18 Décembre 2017, 19:00pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Pour le Maire de Colombes, il n’y a pas de petites économies, mais que du profit, même quand c’est illégal !

La dernière nouveauté du Maire de Colombes envers le personnel communal : l’instauration pour chaque agent de la ville d’une caution de 15€ « qui sera encaissée »  pour  obtenir son badge d’accès et ainsi lui permettre d’aller travailler !
Cette caution lui sera « heureusement » remboursée au moment de la restitution du badge, quand l’agent quittera ses fonctions !

 

L’agent qui aura involontairement «  détérioré » son badge ou l’aura « perdu », sera mis à l’amende et aura l’obligation de verser 10 € pour en obtenir un nouveau !

 

Cette décision du Maire, prise le 7 novembre 2017 est totalement contraire à la réglementation !

 

Une fois de plus, le Maire de Colombes outre passe ses droits en toute connaissance de cause !

 

Selon l’article L 32516-1 du code du travail, les salariés peuvent se voir remettre du matériel appartenant à l'entreprise pour les besoins de leur activité. C'est le cas de la fourniture de badges d'accès. Il faut savoir qu'en cas de perte du badge, quelle que soit sa valeur, l'employeur n'est pas en droit d'en retenir le coût. En effet, les sanctions pécuniaires sont interdites, et la retenue du coût d'un badge s'analyse en une telle sanction.

 

Le fait qu’une décision ou qu’une note de service prévoie une telle possibilité, ne change rien à cette interdiction.

 

En revanche, la perte d’un badge, ou la répétition de cette perte, dès lors qu’elle révèle une faute ou des négligences répétées du salarié, donne lieu à une mise en garde ou à une sanction disciplinaire.

 

La CFDT des Territoriaux de la ville de COLOMBES, a saisi le Préfet des Hauts de Seine pour l’informer de cette illégalité !

Pour le Maire de Colombes, il n’y a pas de petites économies, mais que du profit, même quand c’est illégal !

Voir les commentaires

Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?

15 Décembre 2017, 12:30pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?

Dans ma vie professionnelle et mon engagement pour mes concitoyens, j'ai présenté ma candidature pour être Conseiller du Salarié. Candidature acceptée depuis septembre 2017.

Le conseiller du salarié est assermenté par l'inspection du travail (DIRECCTE) et la préfecture du Département.

Le salarié convoqué à un entretien préalable à son licenciement a le droit d'être assisté par un autre salarié. S'il n'y a pas de représentant du personnel dans l'entreprise, il peut se faire assister par un conseiller extérieur, appelé conseiller du salarié. Durant l'entretien préalable au licenciement, le conseiller du salarié peut intervenir, demander des explications à l'employeur, compléter celles du salarié et présenter des observations. Son rôle est strictement limité à la fonction d'assistance et de conseil.

Le conseiller du salarié est tenu :

  • au secret professionnel pour toutes les questions relatives aux procédés de fabrication,
  • et à une obligation de discrétion pour toutes les informations à caractère confidentiel et définies ainsi par l'employeur.

Le salarié choisit son conseiller sur une liste établie par la Direccte dans chaque département. Cette liste peut être consultée à l'inspection du travail et dans chaque mairie. Elle comporte les noms, adresses, professions et l'appartenance syndicale éventuelle des conseillers.

Le salarié communique au conseiller qu'il a choisi la date, l'heure et le lieu de l'entretien. Il informe son employeur de son choix. L'employeur ne peut pas s'y opposer.

Le conseiller choisi par le salarié le prévient de sa participation ou de son impossibilité de se rendre à l’entretien. Dans ce dernier cas, le salarié doit faire appel à un autre conseiller ou demander à son employeur de reporter l'entretien.

Le conseiller du salarié bénéficie de garanties pour accomplir sa mission :

  • maintien de sa rémunération pendant ses heures de travail pour exercer sa mission,
  • protection spéciale contre le licenciement,
  • autorisations d'absence pour se former à sa mission,
  • crédit de 15 heures maximum par mois pour l'exercice de sa mission (s'il travaille dans une entreprise d'au moins 11 salariés),
  • remboursement de ses frais de déplacement et de séjour (à l'hôtel par exemple),
  • indemnité forfaitaire annuelle s'il réalise au moins 4 interventions sur l'année.

 

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2857

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?
Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?
Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?Connaissez vous le rôle du Conseiller du Salarié ?

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>