Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

fub

Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate !

28 Avril 2020, 13:18pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate ! 

 

L’urbanisme tactique, des pistes cyclables temporaires pour préparer l’après

Ces derniers jours, on parle beaucoup d’urbanisme tactique. Pour simplifier, il s’agit d’organiser nos villes de façon plus stratégique, en mettant notamment en place « des aménagements temporaires qui utilisent du mobilier facile à installer ». Cela permet de mettre en lumière les aménagements possibles et d’étudier leur influence sur le changement de comportement des usagers.

Partout autour du monde, de nombreuses initiatives dans ce sens ont vu le jour. À Bogotá durant le confinement, 35 kilomètres de pistes cyclables provisoires ont été aménagées dans la capitale colombienne. Aux États-Unis, les villes d’Oakland et plus récemment celle de San Francisco ont mis en place des « rues apaisées » avec vitesse réduite pour les véhicules et la priorité laissée aux piétons et aux cyclistes. À New York, certaines rues ont été fermées aux voitures comme la 2ème avenue de Manhattan. Du côté de Montréal, l’élargissement des trottoirs permet aux piétons de se déplacer en respectant la distanciation sociale dans le but de redonner confiance aux consommateurs et ainsi relancer le commerce local.

Plus près de chez nous en Europe, Berlin a ouvert plusieurs bandes cyclables temporaires et recommande ce type de dispositif. La ville de Milan a quant à elle annoncé son plan pour le déconfinement : limitation à 30 km/h, 35 km de pistes cyclables temporaires, élargissement des trottoirs, priorité aux piétons et aux cyclistes. Du côté de Bruxelles, le centre-ville va être limité à 20 km/h et la priorité donnée aux piétons et aux cyclistes.

Les avantages du vélo

Dans ce contexte, la bicyclette est en effet le moyen de transport qui présente le plus d’avantages. Outre son faible coût économique, et la résilience économique de l’industrie du vélo, le vélo permet de se déplacer rapidement tout en respectant les mesures barrières nécessaires pour limiter la diffusion du virus. Contrairement aux transports en commun peu adaptés à la distanciation sociale. L’objectif pour le gouvernement, favoriser les déplacements à vélo après le déconfinement du 11 mai, qui est la meilleure réponse au problème de mobilité urbaine et périurbaine. Cette semaine, l’OMS a par ailleurs appuyé cette recommandation.

La nécessité de remodeler l’espace urbain

Quand l’aménagement urbain cloisonne nos modes de vie

À travers cette crise sanitaire, on se rend surtout compte que l’urbanisme de nos villes est loin d’être adapté à nos modes de vie. La place prépondérante donnée à la voiture déséquilibre les rapports humains, et devient aujourd’hui une menace pour notre santé.

Qui n’a jamais fait l’expérience de devoir s’écarter du trottoir pour laisser passer un groupe de piéton en déambulant dans un centre-ville ? Dans certaines rues, il n’y a parfois même pas a place pour deux personnes. Cette problématique, dont le débat a récemment été relancé par la question du stationnement sauvage des nouveaux moyens de transport en libre-service venus s’ajouter aux scooters, est d’autant plus importante en temps de crise, où il est désormais nécessaire de faire la queue devant les magasins par exemple.

 

 

Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate !
Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate ! Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate !
Le vélo : reine du déplacement de demain encore faut-il un aménagement adéquate !

Voir les commentaires

La FUB obligée de saisir le Conseil d’Etat pour faire reconnaître le vélo comme moyen de transport légitime !

28 Avril 2020, 12:51pm

Publié par www.fub.fr

La FUB obligée de saisir le Conseil d’Etat pour faire reconnaître le vélo comme moyen de transport légitime !

Face à des verbalisations abusives et à des fermetures incompréhensibles d’aménagements cyclables, la FUB dépose une requête en référé-liberté au Conseil d’Etat. En temps de crise, les pouvoirs publics doivent réaffirmer la place du vélo dans le dispositif de résilience.

Au moment où la France réfléchit au déconfinement, en matière de transport, la solution vélo semble pertinente à plus d’un titre : distanciation sociale de fait, remise en forme sur le plan physique, coût financier faible, sobriété carbone et sobriété spatiale, cocktail gagnant face aux nombreux enjeux auxquels les françaises et les français vont être confrontés pendant de longs mois.

Mais ce qui paraît comme une évidence se heurte à deux types principaux d’obstacles sur le terrain.

De nombreuses verbalisations abusives, ainsi que des intimidations

Pendant la phase actuelle de confinement, le vélo n’est pas reconnu comme étant un moyen de transport légitime. La preuve, la FUB a reçu plus de 800 témoignages de cyclistes ayant utilisé leurs vélos pour un motif légitime, notamment pour aller travailler ou faire leurs courses, mais ayant rencontré des incidents. Dans le meilleur des cas, il s’agissait d’insinuations déplacées de la part de représentants de forces de l’ordre, prétendant que le vélo ne serait pas un moyen de transport autorisé en période de confinement. Pour des dizaines d’entre eux, cela allait encore plus loin, avec une amende de 135 euros.

Des fermetures incompréhensibles d’itinéraires cyclables sécurisés

Ce n’est pas tout. Alors même que des villes comme Berlin, Bogota ou New York répondent à la crise en multipliant les aménagements cyclables, certains territoires français... ferment les leurs ! Tout cela illustre le retard de la France sur la perception du vélo comme étant un mode de transport résilient en temps de crise.

C’est dans ce contexte que la FUB se voit obligée de déposer ce jour un référé liberté.

La communication des différents ministères étant floue, malgré une mise au point sous forme de message vidéo de Madame Elisabeth Borne, certains représentants des forces de l’ordre exercent leur pouvoir de manière abusive ajoutant de leur propre chef des restrictions par rapport aux textes et décrets en vigueur.

Le référé-liberté déposé le 20 avril 2020 par la FUB (texte du référé à télécharger) a pour but de protéger les cyclistes dans leurs droits les plus essentiels : liberté de déplacement dans le respect strict des règles imposées par la crise sanitaire liée au Covid19, par le moyen de transport qui est le leur, et dans des bonnes conditions de sécurité, ce qui nécessite le maintien des infrastructures qui leur sont dédiées.

Force est de constater malheureusement qu’il faut aujourd’hui saisir la justice dans cette période si compliquée pour elle pour faire reconnaître aux yeux de tous le vélo comme moyen de transport !

Alors même que l’usage du vélo a fortement progressé durant les grèves de cet hiver, que la question vélo s’est imposée dans le débat des municipales et que le vélo apparaît aujourd’hui comme un moyen de transport important du déconfinement, la FUB refuse de voir des usagers verbalisés sur le simple fait qu’ils circulent en vélo !

 

https://www.fub.fr/fub/actualites/fub-obligee-saisir-conseil-etat-faire-reconnaitre-velo-moyen-transport-legitime

 

 

La FUB obligée de saisir le Conseil d’Etat pour faire reconnaître le vélo comme moyen de transport légitime !

Voir les commentaires