Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

petit colombes

La journaliste indépendante  Isabelle Jarjaille vient d’écrire un livre très documenté dans lequel plusieurs pages sont consacrées  au dossier Q-Park à Colombes. LA MAIRIE A REFUSÉ DE REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA JOURNALISTE !!!

21 Juin 2018, 07:03am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

La journaliste indépendante  Isabelle Jarjaille vient d’écrire un livre très documenté dans lequel plusieurs pages sont consacrées  au dossier Q-Park à Colombes.

LA MAIRIE A REFUSÉ DE REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA JOURNALISTE !!!

 

Chèr(e)s ami(e)s du Collectif,

Pour QUELLES RAISONS la municipalité a-t-elle REFUSÉ DE RÉPONDRE aux questions de la journaliste  indépendante Isabelle Jarjaille ?

Dans le courant de l’année dernière, nous avons été contacté pour expliquer notre position sur le dossier Q-Park.

Nous avons exposé les dérives de cette DSP funeste pour Colombes en termes de manque à gagner et de PERTES FINANCIÈRES ÉNORMES pour la ville et    DE SUPER PROFITS pour Q-Park.

Pour connaitre la position de la municipalité, Isabelle Jarjaille a pris contact avec la mairie de Colombes….. qui n’a pas désiré donner suite !

Les colombiens sont en droit de se poser question suivante :

QUE CRAINT MME GOUETA POUR REFUSER DE RÉPONDRE A UNE JOURNALISTE QUI ENQUÊTE SUR LA DSP AVEC  Q-PARK….. ?

Le chapitre sur Colombes commence comme suit :

« Quand on enquête sur les dérives des contrats de Délégation de service public, tous les chemins mènent à Colombes…. »

Contrairement à notre habitude, pour une meilleure lecture nous mettons en pièce jointe l’intégralité du chapitre sur Colombes.

A noter, une petite imprécision sur le Collectif qui ne se nomme pas « Le colombes que j’aime », mais « Le Collectif Indépendant de Colombes ». le blog «Le Colombes que j’aime » publie aimablement nos articles.

Et le Collectif vous conseille d’acheter très bon livre d’Isabelle Jarjaille qui traite de nombreuses autres dérives, l’eau, les autoroutes….à Béthune la DSP avec Q-Park coûte 400.000€ par an à la ville !!!

Bonne lecture et un gr and merci pour votre soutien et vos commentaires !!!

ANNULATION !

Le Collectif Indépendant de Colombes

Témoignez sur parkinggratuit92@gmail.com et nous diffuserons vos informations.                                            Retrouvez toutes nos publications sur www.lecolombesquejaime.fr

La journaliste indépendante  Isabelle Jarjaille vient d’écrire un livre très documenté dans lequel plusieurs pages sont consacrées  au dossier Q-Park à Colombes.  LA MAIRIE A REFUSÉ DE REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA JOURNALISTE !!!

La journaliste indépendante  Isabelle Jarjaille vient d’écrire un livre très documenté dans lequel plusieurs pages sont consacrées  au dossier Q-Park à Colombes. LA MAIRIE A REFUSÉ DE REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA JOURNALISTE !!!

La journaliste indépendante  Isabelle Jarjaille vient d’écrire un livre très documenté dans lequel plusieurs pages sont consacrées  au dossier Q-Park à Colombes. LA MAIRIE A REFUSÉ DE REPONDRE AUX QUESTIONS DE LA JOURNALISTE !!!

Voir les commentaires

La jeunesse encore sacrifiée à Colombes. La mairie annonce la fin du dispositif d’aide aux devoirs pour 270 enfants !!!

21 Juin 2018, 07:02am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

La jeunesse encore sacrifiée à Colombes. La mairie annonce la fin du dispositif d’aide aux devoirs pour 270 enfants !!!

 

Une décision très grave vient d’être annoncée par courrier à 230 familles : la mairie de Colombes décide d’arrêter le dispositif d’aide aux devoirs du BIJ (bureau information jeunesse). Sans motif valable.
 
Le dispositif d’accompagnement à la scolarité est un dispositif d’ampleur, de qualité mis en œuvre depuis près de vingt ans pour aider les jeunes de Colombes. 
 
Les soirs, à Colombes, dans les différents quartiers de la ville, à proximité des jeunes se déroulent des cours d’aide aux devoirs et de soutien scolaire pour les collégiens ainsi que pour les lycéens en français, mathématiques, anglais, physique-chimie et philosophie avec des professeurs qualifiés et motivés. 
Les élèves en difficulté ont un lieu pour progresser et ce lieu aide particulièrement les familles qui n’ont pas les moyens de payer des cours particuliers. 
 
Il y a un suivi attentif des élèves qui progressent tout au long de l’année. Ces suivis intensifs et ces cours sont le lieu de leçons ou d’exercices qui ont un seul but : la réussite des élèves. 
 
Des enseignants œuvrent pour la réussite de ces jeunes qui, sans ces cours, sans les professeurs qu’ils côtoient toutes les semaines de l’année au BIJ, n’ont pas de lieu pour être soutenu avec autant de rigueur, de soin, d’excellence. 
 
C’est un dispositif qui a une utilité publique, son action est forte, ses effet immédiats. 
 
La mairie ferme le dispositif du BIJ et met en avant des dispositifs qui sont inefficaces, qui n’ont pas le même impact que celui du BIJ ou encore pas du tout la même politique.
Ce sont des concepts tout à fait différents et le BIJ reste irremplaçable. Irremplaçable parce que le dispositif dont je fais la brève description est un dispositif très implanté, fort de vingt années de maturité, soutenu par une équipe d’intervenants fidèle et apprécié des jeunes et des familles.
 
Nous apportons notre soutien aux enseignants et aux familles qui vont subir de pleins fouets cette décision inique et Brutale !
 
C’est une décision  politique qui accentue un virage à Colombes : la jeunesse et la réussite éducative ne sont plus des priorités pour la municipalité, qui chaque année réduit les budgets !
 
 
Ci-dessous la lettre de monsieur Perrotel et madame Montcomble annonçant la fin de l’accompagnement à la scolarité aux familles ! Nous condamnons cette décision scélérate et nous la combattrons. L’avenir de nos jeunes devraient passer par dessus les impératifs budgétaires d’une mairie qui abaisse tous les services publics sans aucune exception !
 
 
SOURCE : http://alexisbachelay.typepad.com/ 
 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

La jeunesse encore sacrifiée à Colombes. La mairie annonce la fin du dispositif d’aide aux devoirs pour 270 enfants !!!

Voir les commentaires

Autolib, une bombe à retardement pour Colombes !.

20 Juin 2018, 08:01am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Autolib, une bombe à retardement pour Colombes !.

 

AUTOLIB……. UNE BOMBE A RETARDEMENT POUR COLOMBES !!!

                           

Chèr(e)s ami(e)s du Collectif,

Le magazine Challenges vient de le confirmer, les Autolib vont bientôt passer à la casse.

Comme nous l’avions pressenti lors de la mise en place des bornes à Colombes, l’équilibre financier n’a jamais été atteint, et cerise sur de gouffre financier, le service se dégrade, de nombreuses voitures sont sales et pas ou peu entretenues.

Décryptage :

En 2011 Vincent Bolloré et la Mairie de Paris ont lancé ce service d’auto-partage, présent à Paris et dans 103 autres villes en Île de France. Comme nous l’avions souligné dans notre article rédigé en septembre 2012 lors de l’installation des stations à Colombes, à l’époque nous mettions déjà fortement en doute sa rentabilité.

 

Tout comme pour la DSP signée à Colombes avec Q-Park, les 103 communes ont accepté des conditions effarantes et effrayantes en termes de responsabilités financières.

 

En effet, sans compter les frais d’installation des stations à leur charge, elles ont accepté d’assumer financièrement la totalité du déficit en cas de problème de rentabilité, à la grande satisfaction du groupe Bolloré qui limiter très fortement ses pertes en cas ee déficit en ne prenant qu’un maximum de 60 millions d’€ à sa charge.

 

Selon le magazine Challenges la rentabilité n’a jamais été atteinte, les pertes prévisionnelles en 2023 devraient  atteindre selon le groupe Bollré la somme astronomique 297,6 millions d’€ !!!!!      

Sur ces 297,6 millions d’€ de pertes, le groupe Bolloré ne prendra donc que 60 millions d’€ à sa charge…….alors que 237,6 millions seront donc à la charge des communes en fonction du nombre de bornes situées sur leur territoire.

Or sur les 3980 bornes en service, il y en a environ 90 à Colombes.

La règle de trois est simple, Colombes devrait payer la somme démentielle de près plus de   5 millions d’€ !!!!

Dans ce dossier, comme Mme Goueta à Colombes en 2004 pour le contrat Q-Park, les édiles du syndicat mixte ont accepté des clauses inacceptables et inconcevables en cas de pertes !!!

Et comme dans le dossier des autoroutes, gageons que les juristes du groupe Bolloré ont « blindé » leur contrat pour ne laisser aucune possibilité juridique aux communes composants le syndicat mixte.

 

La preuve ? Même le gouvernement a plié devant les sociétés d’autoroute !!!

 

ANNULATION !

Le Collectif Indépendant de Colombes

Témoignez sur parkinggratuit92@gmail.com et nous diffuserons vos informations.                                            Retrouvez toutes nos publications sur www.lecolombesquejaime.fr

Autolib, une bombe à retardement pour Colombes !.

Voir les commentaires

Colombes : la municipalité suit le model de LEVALLOIS en muselant l'opposition au Conseil Municipal en limitant le temps de parole à 10 minutes contre 20 auparavant...

7 Juin 2018, 07:23am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : la municipalité suit le model de LEVALLOIS en muselant l'opposition au Conseil Municipal en limitant le temps de parole à 10 minutes contre 20 auparavant...  

Un recours est en cours par les élus de l'opposition concernant notamment le temps de parole qui passe de 20 minutes à 10 minutes.

La Municipalité LR de Colombes suit le model de la Municipalité LR de LEVALLOIS qui avait aussi en son temps diminuée le temps de parole de l'opposition passant à 5 minutes.

Certains pourront dire que l'opposition de Colombes ont un temps de parole 2 fois plus important qu'à LEVALLOIS ;=))

La Mairie de Colombes expliquant que la pluralité des groupes d'opposition rend nécessaire de contrôler le temps de parole MAIS cela ne s'applique pas aux Maires Adjoints...

Un chronomètre s'affiche même au dessus des écrans de contrôle lors du Conseil Municipal.

Pourtant la Ville de LEVALLOIS PERRET et sa majorité LR à bien été censurée par le tribunal administratif de Versailles en annulant deux articles du règlement intérieur : le premier, qui limitait le temps de parole des conseillers municipaux à cinq minutes, et le deuxième, qui interdisait toute tribune libre sur le site Internet de la ville. 

La Municipalité LR de Colombes maintien sa position . Il faudra attendre dans un premier temps la réponse du Préfet.

 

Île-de-France & Oise > Hauts-de-Seine > Levallois-Perret|25 septembre 2009, 7h

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : la municipalité suit le model de LEVALLOIS en muselant l'opposition au Conseil Municipal en limitant le temps de parole à 10 minutes contre 20 auparavant...

Voir les commentaires

Hébergement d'urgence : les députés LREM du 92 se mobilisent alors que la préfecture applique la décision du Président de la République

7 Juin 2018, 07:11am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Hébergement d'urgence : les Députés LREM du 92 se mobilisent alors que la préfecture applique la décision du Président de la République 

Situation délicate pour les Députés LREM des Hauts de Seine.

Depuis plusieurs semaines les associations de parents d'élèves, les élus LR et PS ne cessent d'alerter les autorités sur la fin de la trêve hivernale et le risque pour une centaine de famille  Alto-séquanaises de ne plus avoir de toit et dont les enfants sont scolarisés dans nos communes.

Certes , le gouvernement pérennise 5 000 logements en france sur les 15 000 créés durant la période hivernale pour un total de 134 000 sur l'hexagone.  En Ile-de-France, où pas moins de 103 000 personnes sans domicile personnel étaient prises en charge dans diverses structures d’accueil au 31 décembre 2017

Le 115 reste saturé et ne peut pas répondre aux demandes exponentielles.

la fédération des acteurs de la solidarité reste vigilante sur la mise en œuvre de ces annonces qui arrivent en même temps que des mesures de coupe budgétaire (20 millions d'euros dès 2018, 57 millions sur 4 ans) sur les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS)

 

Lors de ses vœux, Emmanuel Macron a réitéré sa volonté d'"apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd'hui sans abri". Un objectif compliqué.

En effet, 4 millions de personnes sont sans abri, mal logées ou sans logement personnel en France, selon les chiffres du rapport annuel sur l'état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, publié en janvier 2017

En 2012, l'Insee recensait déjà plus de 140.000 personnes sans domicile. Aujourd'hui, 5 ans après, elles sont plutôt autour de 200. 000.

"On note une augmentation de la proportion des familles avec enfants qui appellent le 115", observe Florent Guéguen, directeur-général de la Fédération des acteurs de la solidarité

Qu'est-ce-que le dispositif d'hébergement d'urgence ?
[retour au sommaire]

Le représentant de l’État dans le département (Préfet) est garant du respect du droit à l'hébergement d'urgence dans le cadre du dispositif de veille sociale.

La loi prévoit que l'hébergement d'urgence doit permettre de bénéficier :
> de prestations assurant le gîte, le couvert et l'hygiène
> d'une première évaluation médicale, psychique ou sociale
(Code de l’Action Sociale et des Familles, article L. 345-2-2)

L'accès au dispositif d'hébergement d'urgence est-il ouvert à tous ?
[retour au sommaire]

Oui. C'est ce qu'on appelle le principe d'inconditionnalité de l'hébergement d'urgence. Toute personne sans-abri a accès à un dispositif d'hébergement d'urgence, sans condition de nationalité ni de régularité de séjour.

« Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence. »
(Code de l’Action Sociale et des Familles, article L. 345-2-2)

Pendant combien de temps une personne peut-elle bénéficier de l'hébergement d'urgence ?
[retour au sommaire]

De manière indéterminée. C'est ce qu'on appelle le principe de continuité de l'hébergement d'urgence.
Il ne pourra être mis fin à la prise en charge en hébergement que si la famille le souhaite ou en cas d'infraction au règlement intérieur du centre d'hébergement.
En pratique, il arrive que certaines personnes ne bénéficient d'un hébergement que pour quelques nuits. Ces pratiques sont contraires à la loi et les personnes disposent de recours juridiques afin de faire valoir leur droit à l'hébergement d'urgence.


« Toute personne accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence doit pouvoir y bénéficier d'un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu'elle le souhaite, jusqu'à ce qu'une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d'hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »
(Code de l’Action Sociale et des Familles, article L. 345-2-3)

Est-ce-que la personne hébergée bénéficie d'un accompagnement social?
[retour au sommaire]

Oui.
« Cet hébergement d'urgence doit lui permettre […] de bénéficier […] d'une première évaluation médicale, psychique et sociale, réalisée au sein de la structure d'hébergement ou, par convention [...] »
(Code de l'action sociale et des familles, article L.345-2-2)

« Toute personne accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence doit pouvoir y bénéficier d'un accompagnement personnalisé [...] »
(Code de l'action sociale et des familles, article L.345-2-3)

Malgré les appels au 115 et les démarches pour accéder à un hébergement, aucune proposition d'hébergement n'a ete faite, que faire ?
[retour au sommaire]

La personne peut s'adresser à un(e) assistant(e) sociale ou une association afin d'être informée des dispositifs existants et d'être accompagnée dans ses démarches.

La personne qui n'obtient pas de proposition d'hébergement malgré ses démarches peut, si elle le souhaite, exercer un recours pour faire appliquer son droit à l'hébergement. (voir "Qu'est-ce-que le DALO?" et "La prise en charge en hébergement d'urgence s'est interrompue, que faire?).

Qu'est-ce-que le droit au logement opposable (DALO) ?
[retour au sommaire]

La loi relative au droit au logement opposable (DALO) du 5 mars 2007 prévoit, entre autres, la possibilité pour les personnes qui n'ont pas accès à un hébergement, malgré des démarches effectuées, de déposer un recours amiable.

Le recours DALO hébergement sera rempli par la personne concernée avec l'aide éventuelle d'un travailleur social ou d'une association. (lien vers le formulaire et notice)

Toute personne peut déposer un recours sans condition de nationalité et de régularité de séjour.

La Commission de médiation du département rend une décision dans un délai de 6 semaines afin de reconnaître le caractère prioritaire et urgent de la demande d'hébergement de la personne. A partir de la décision favorable de la Commission, l’État doit faire une proposition d'hébergement à la personne dans un délai de 6 semaines.

Si l’État n'a pas fait de proposition d'hébergement dans le délai de six semaines, un recours contentieux pourra être engagé devant le juge administratif. Il est recommandé de se faire représenter par un avocat.

Existe-il des procédures d'urgence pour faire reconnaître le droit à l'hébergement d'urgence ?
[retour au sommaire]

Il existe des procédures d'urgence (référé-liberté et référé-suspension) permettant au juge des référés de se prononcer très rapidement sur des situations dans lesquelles l’État ne respecte pas le droit à l'accès et au maintien en hébergement d'urgence des personnes, garanti dans le Code de l'action sociale et des familles. Ces recours doivent être justifiés par l'urgence de la situation, qui est appréciée par le juge au regard de la composition de la famille, l'état de santé, les démarches effectuées, … Il est recommandé de se faire représenter par un avocat.

Le travailleur social, l'association ou toute personne accompagnant le ménage dans ses démarches pourra rédiger et joindre au recours une attestation expliquant le parcours des ménages, les démarches effectuées, l’état de santé… Cette attestation aidera le juge à mieux apprécier l'urgence de la situation, nécessitant une mise à l'abri de la famille
.

La prise en charge en hébergement d'urgence s'est interrompue, que  faire ?
[retour au sommaire]

Vérifier si la personne ne bénéficie pas d'un droit au maintien, et dans ce cas engager des recours amiables voire contentieux pour le faire reconnaître. 
Reprendre les démarches de demandes d'hébergement .
Si celles-ci n'aboutissent pas à une proposition d'hébergement, la personne a accès à des recours (voir"Qu'est-ce-que le DALO?" et "La prise en charge en hébergement d'urgence s'est interrompue, que faire?").

 Version PDF                                                                                Dernière mise à jour : novembre 2015

 

SOURCE :

http://droitscommuns.org/index.php/sync/show/fiches_pratique/hebergement_d_urgence

https://www.lejdd.fr/politique/pourquoi-la-promesse-zero-sdf-demmanuel-macron-est-difficile-a-realiser-3535406

http://www.liberation.fr/france/2018/04/03/hebergement-d-urgence-plus-de-places-moins-d-argent_1640859

http://www.federationsolidarite.org/champs-d-action/hebergement-logement

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Hébergement d'urgence : les députés LREM du 92 se mobilisent alors que la préfecture applique la décision du Président de la République

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>