Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

sarre

Nicole Goueta Maire de Colombes annonce que la place du Souvenir sera celle aussi du Colonel BELTRAME

9 Mai 2018, 11:30am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Nicole Goueta Maire de Colombes annonce que la place du Souvenir sera celle aussi du Colonel BELTRAME

En ce 8 mai 2018,  Madame le Maire de Colombes annonce que la place du souvenir sera celle aussi du Colonel Arnaud Beltrame .

Sa nouvelle dénomination sera : Place du souvenir Arnaud Beltrame.

Nous nous étonnons que cette décision ne fasse pas l'objet d'une délibération au Conseil Municipal.

Il n'y a pas de discussion sur le fond mais uniquement sur la forme et le respect du principe Républicain qui est auparavant d'en faire part au Conseil Municipal et de ne pas décider de manière unilatérale comme le fait Madame le Maire.

 

Arnaud Beltrame
 

Biographie
Naissance    
18 avril 1973
Étampes
Décès    
24 mars 2018 (à 44 ans)
Carcassonne
Sépulture    
Cimetière de Ferrals-les-Corbières (d)
Nom de naissance    
Arnaud Jean-Georges Beltrame
Nationalité    
Français
Formation    
Lycée militaire de Saint-Cyr (1991-1994)
École de l'artillerie (1995)
École militaire interarmes (1999-2001)
École des officiers de la gendarmerie nationale (2001-2002)
École européenne d'intelligence économique (2015-2016)
Institut supérieur du commerce de Paris (2015-2016)
Activité    
Gendarme
Autres informations
Religion    
Catholicisme
Membre de    
Grande Loge de France (2008-2018)
Armes    
Armée de terre (1995-2001), Gendarmerie nationale (2001-2018)
Grades militaires    
Lieutenant (2001-2005)
Capitaine (2005-2009)
Chef d'escadron (2010-2016)
Lieutenant-colonel (2016-2018)
Colonel (à partir de 2018)
Distinctions    
Liste détaillée
modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle

Arnaud Beltrame, né le 18 avril 1973 à Étampes et mort assassiné le 24 mars 2018 à Carcassonne, est un officier supérieur de gendarmerie français, connu pour s’être volontairement substitué à une otage au cours de l’attaque terroriste du 23 mars 2018 et avoir succombé aux blessures reçues à cette occasion.

Ce sacrifice jugé héroïque, qui a eu un grand retentissement en France et à l'étranger, lui a valu un hommage officiel de la République. Le président de la République Emmanuel Macron a déclaré que le lieutenant-colonel Beltrame méritait « respect et admiration de la nation tout entière ».

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Nicole Goueta Maire de Colombes annonce que la place du Souvenir sera celle aussi du Colonel BELTRAME

Voir les commentaires

Colombes : le chronomètre du conseil municipal hérisse l’opposition

7 Mai 2018, 11:10am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : le chronomètre du conseil municipal hérisse l’opposition

 

 

Les élus d’opposition viennent d’écrire au préfet pour réclamer l’annulation de la délibération instituant le nouveau règlement intérieur du conseil municipal, qui limite notamment leur temps de parole.

La municipalité (LR) de Colombes bafoue-t-elle les droits de l’opposition ? Le règlement intérieur du conseil municipal adopté le 22 mars dernier est-il illégal ?

C’est la conviction des onze élus d’opposition socialistes, verts, libéraux, Citoyens Autrement, LREM et divers droite de Colombes, qui viennent d’écrire au préfet des Hauts-de-Seine pour lui demander d’annuler cette délibération. Objectif : « qu’une nouvelle réunion de la commission du règlement intérieur ait lieu, qu’elle procède à une rédaction plus détaillée de l’article relatif au bulletin d’information générale et que soient supprimés les éléments qui limitent, en la quantifiant, la possibilité d’expression des conseillers municipaux en conseil municipal ».

Le litige porte sur deux points principaux. D’abord, l’espace accordé par la mairie à l’opposition dans ses bulletins d’information générale (notamment le bilan de mi-mandat et le site Internet). Ensuite, les prises de parole accordées aux élus minoritaires pendant les réunions de conseil. « Ils passent notre temps de parole à dix minutes contre vingt auparavant, et ils refusent que l’on prenne la parole une deuxième fois, alors qu’on ne peut quantifier strictement ni le nombre d’interventions autorisées ni le temps de parole ! » s’indigne Chantal Barthélémy-Ruiz, qui se fait la porte-parole du groupe sur cette question.

 

« Le maire adjoint, lui, a le droit de déborder… »

Et l’élue de citer les jurisprudences de la cour d’appel de Versailles du 30 décembre 2004 qui a condamné Taverny (Val d’Oise), ou le tribunal administratif du 24 septembre 2009 qui a condamné Levallois.

En conseil municipal effectivement, un chronomètre a été récemment installé au-dessus des télévisions qui retransmettent en direct les débats dans la salle. « Ce chronomètre ne fonctionne que pour nous ! Et le maire adjoint, lui, a le droit de déborder, déborder… constate Chantal Barthélémy-Ruiz, amère. Certes, ils ont la majorité, mais on a quand même le droit d’expliquer ce que l’on vote. Ce n’est pas légal. »

En face, la majorité reste droite dans ses bottes. « Le règlement intérieur, nous ne reviendrons pas dessus, il a été voté, explique la municipalité (LR). Nous avons effectivement réduit le temps de parole, mais l’opposition est tellement divisée, il y a de plus en plus de groupes (NDLR : sept étiquettes différentes)… Il nous fallait réguler. » Quant au bilan de mi-mandat, vivement critiqué car ce tiré à part n’avait accordé aucune ligne à l’opposition, la mairie fait valoir qu’il « était sous blister avec le journal municipal dans laquelle les opposants ont une tribune. Nous avons déjà répondu au préfet. »

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval @adaboval|01 mai 2018, 16h02|

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : le chronomètre du conseil municipal hérisse l’opposition

Voir les commentaires

Colombes : un ancien médecin généraliste devenu archevêque de Paris

7 Mai 2018, 11:05am

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Michel Aupetit, ancien médecin et nouvel archevêque de Paris

 

Cet ancien médecin généraliste de Colombes (Hauts-de-Seine) succède au cardinal André Vingt-Trois à la tête du plus important diocèse de France.

Evêque de Nanterre (Hauts-de-Seine) depuis 2014, Mgr Michel Aupetit a été nommé ce jeudi archevêque de Paris par le pape François.

Né à Versailles (Yvelines) le 23 mars 1951, Mgr Aupetit succède au cardinal André Vingt-Trois, 75 ans, qui aura dirigé pendant plus de douze ans le plus important diocèse de France (500 prêtres, une centaine de paroisses dynamiques…)

Ordonné prêtre le 24 juin 1995 à Paris par le cardinal Jean-Marie Lustiger, le nouvel archevêque prendra ses fonctions le 6 janvier 2018 au cours d’une messe à la cathédrale Notre-Dame.

En attendant, Mgr Vingt-Trois, désormais archevêque émérite, gouvernera l’archidiocèse de Paris en qualité d’administrateur apostolique. Le cardinal qui s’est dit « reconnaissant » au pape de l’avoir « soulagé d’une charge qui dépassait ses forces actuelles », célébrera donc dans quinze jours sa dernière messe de Noël à Notre-Dame.

Si la nomination de Mgr Aupetit, promu vicaire général par le cardinal Vingt-Trois dès 2006 puis évêque auxiliaire en 2013, s’inscrit dans la continuité, le profil du nouvel élu est relativement atypique. Dans une première vie en effet, de 1979 à 1990, Michel Aupetit, fils de cheminot qui a fait ses études de médecine à Necker et Bichat, a exercé comme médecin généraliste à Colombes (Hauts-de-Seine). Avant d’entrer au séminaire de Paris. « Que voulez-vous, Dieu m’a donné rendez-vous sur le tard », a-t-il coutume de répondre à ceux qui lui demandent pourquoi il est passé de la médecine du corps à celle de l’âme.

 

Spécialiste des questions de bioéthique, Mgr Michel Aupetit, d’un abord avenant et chaleureux, est connu pour son franc-parler et ses positions strictes sur la famille. Ce prêtre de la génération Jean-Paul II fait partie de la vingtaine d’évêques français qui soutiennent les « marches pour la vie » organisées contre l’avortement. Un engagement pro-vie contenu dans sa devise, tirée de l’évangile de Saint-Jean : « Je suis venu pour qu’ils aient la vie en abondance ».

 

>Île-de-France & Oise>Paris|Philippe Baverel|07 décembre 2017, 18h55|MAJ : 07 décembre 2017, 22h48|

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : un ancien médecin généraliste devenu archevêque de Paris

Voir les commentaires

La mission locale de Colombes a déménagé

19 Avril 2018, 17:48pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

La mission locale de Colombes a déménagé

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|A.D.|17 avril 2018, 19h00

 

Elle accueille désormais les jeunes au 180, rue des Gros-Grès. L’inauguration est prévue le 2 mai.

Ils ont quitté le centre-ville pour les portes du Petit-Colombes. Les seize conseillers de la mission Locale accueillent désormais les jeunes qui souhaitent être accompagnés dans leur projet professionnel au 180 rue des Gros-Grès, juste derrière l’hypermarché Leclerc. Dans ce bâtiment en retrait de la rue, les habitants de 16 à 25 ans disposent d’une vaste salle informatique où ils peuvent se faire aider pour leur CV par exemple, de bureaux pour des rendez-vous individuels ou en petits groupes et d’une salle de réunion. Les locaux seront inaugurés le 2 mai prochain.

« Nous sommes à trois arrêts de bus de nos anciens bureaux. Si c’est un peu plus loin pour les jeunes des Fossés-Jean, nous devrions en attirer davantage du Petit-Colombes », espère le directeur de la mission locale, Désiré Bankolé.

Installée jusqu’alors dans des locaux mis à disposition par la mairie de Colombes en face du cimetière, l’association a dû chercher une nouvelle adresse. « Nous louions à un propriétaire privé. Les locaux étaient devenus trop grands et trop chers après la fermeture de la maison pour l’emploi », explique la municipalité (LR). Cette structure communale, qui « doublonnait avec les missions de Pôle Emploi », avait été fermée pour des raisons d’économies en 2016.

 

En 2017, la Mission Locale a accompagné 1150 jeunes après leur sortie du système scolaire.

Mission locale de Colombes, 180 rue des Gros Grès, ouverte du lundi au vendredi de 9 heures à 12h30 et de 14 heures à 18 heures, sauf le mardi (fermeture à 12h30) et vendredi (fermeture à 17 heures). Tél. : 01.56.83.84.10. Mail : mlc@colombes-idf.org

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

La mission locale de Colombes a déménagé

La mission locale de Colombes a déménagé

Voir les commentaires

Colombes : ils braquent une épicerie de quartier pour 300 €

19 Avril 2018, 17:35pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : ils braquent une épicerie de quartier pour 300 €

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|A.R.|16 avril 2018, 16h09|

 

 

 

Deux hommes ont menacé l’employé avec un pistolet à la fermeture de la boutique.

Un petit braquage, comme il y en a régulièrement, mais qui laissera des traces. Dimanche soir, une petite épicerie de quartier, située rue Gabriel-Péri dans le quartier du Petit-Colombes, a été attaquée. Vers 20h30, alors que le magasin s’apprêtait à fermer, deux hommes passent le pas de la porte, têtes encagoulées.

Seul un employé se trouve à l’intérieur de l’épicerie. Les deux braqueurs le menacent avec un pistolet semi-automatique et lui demandent d’ouvrir la caisse, dans laquelle se trouvent les 300 € de recette de la journée. « Ça n’a duré que quelques secondes et ils ont pris la fuite, raconte Khadija, la gérante de l’épicerie. Je suis arrivée en courant quelques minutes après. Je tremblais... »

A la tête de ce commerce de proximité depuis 25 ans avec son mari, cette patronne n’avait jamais connu de précédent. « L’année dernière, on a forcé notre rideau pendant la nuit. On ne nous avait pas pris grand-chose. Mais là, tout se passe en journée, avec une arme. Ça devient dangereux », souffle-t-elle.

« Je ne comprends pas qu’on s’attaque à une petite boutique comme nous »

Plusieurs caméras de vidéosurveillance, dont les images seront exploitées par les enquêteurs pour retrouver les braqueurs, quadrillent le magasin.« Je ne sais pas ce qu’on peut faire de plus pour la sécurité. On va y réfléchir, confie la gérante. Parfois, je suis seule au magasin. J’ai peur que ça m’arrive... »

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

 Colombes : ils braquent une épicerie de quartier pour 300 €

Voir les commentaires