Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE COLOMBES QUE J'AIME

jeux olympique colombes

Colombes Bilan à mi-mandat : 6) jeter l'argent par la fenêtre avec 2 médailles pour 10 000 €

24 Mars 2018, 12:05pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes Bilan à mi-mandat : 6)  jeter l'argent par la fenêtre avec 2 médailles pour 10 000 €

Colombes : la ville n'a plus d'argent mais achète 2 médailles des JO pour 10 000 €

Le prix de 5 000 € la médaille nous a paru raisonnable, note l’adjoint à la culture Pierre Nicot.

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes Bilan à mi-mandat : 6)  jeter l'argent par la fenêtre avec 2 médailles pour 10 000 €
Colombes Bilan à mi-mandat : 6)  jeter l'argent par la fenêtre avec 2 médailles pour 10 000 €

Colombes Bilan à mi-mandat : 6) jeter l'argent par la fenêtre avec 2 médailles pour 10 000 €

Voir les commentaires

Racing 92 : le rideau tombe sur le stade Yves du Manoir à Colombes

24 Décembre 2017, 15:14pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Racing 92 : le rideau tombe sur le stade Yves du Manoir à Colombes

 

10 000 personnes sont attendues au Stade Yves-du-Manoir ce samedi pour le dernier match du Racing 92 à Colombes, avant son départ vers la toute nouvelle U Arena de Nanterre.

« Ça fait un pincement au cœur, confie Rabah Fekkar, 73 ans, qui gère le café… du Stade, situé juste en face. Je suis un fan du Racing. Les supporters vieillissent comme moi. J’en ai connu certains quand ils avaient 5 ans, ils m’appelaient « Papi ». Et aujourd’hui, ils viennent avec leurs enfants. »

Le départ du Racing 92, c’est une nouvelle page qui se tourne pour cette enceinte mythique. Construit pour les Jeux olympiques de Paris de 1924, le stade Yves-du-Manoir a accueilli pendant un demi-siècle les plus grandes compétitions sportives mondiales : Coupe du monde de football, tournoi de rugby des V Nations, championnats d’athlétisme, galas de boxe… avant d’être détrôné par le Parc des Prince, puis le Stade de France.

« Il restera encore le football et le rugby amateur. Ce n’est que l’équipe première qui part à Nanterre, se console Rabah. Mais il fallait voir l’ambiance ici les soirs de matchs. Certains viennent ici parce que c’est convivial. Le noyau chante et danse. De temps en temps, on est obligés de pousser les tables pour laisser la place au haka. »

 

 

S’il est triste de voir les supporters partir à Nanterre, le gérant n’est pas inquiet. Il estime que la perte de son chiffre d’affaires ne devrait pas dépasser 10 %. « Nous sommes là depuis 27 ans, poursuit son fils, Hamid. Nous aurons connu avant, pendant et après le rugby. Et même après le football… » Car avant même les restrictions de Vigipirate qui les ont fait renoncer à leur buvette festive sur le trottoir, le rugby n’a jamais drainé les foules d’Ile-de-France comme le foot. « A l’époque du Matra Racing, il y avait une grosse ambiance, des vendeurs à la sauvette, les musiciens des équipes adverses qui venaient jouer ici… On veut retrouver la fête ! », lance Hamid dans un sourire.

Accoudé au comptoir, Djamel, fan du Racing, avoue qu’il ira voir un match à la U Arena « si les places sont à prix abordables ». Mais à sa gauche, Jaouad est amer : « Pourquoi le Racing est-il parti à Nanterre ? Pourquoi n’a-t-on pas plutôt rénové ici ce stade mythique ? »

Ceux qui se réjouissent en revanche, ce sont les riverains. « Le stationnement sauvage, les embouteillages, le bruit du match, les allées et venues des supporters avant et après… cela faisait beaucoup de nuisances », rappelle Shaima, dont les grands-parents habitent dans la petite rue Faber, celle qui longe le Stade.

Du côté de la municipalité de Colombes, on reste optimiste sur l’avenir du stade départemental. « Nous avons eu la chance entre-temps d’apprendre que nous accueillerons les épreuves de hockey-sur-gazon des Jeux olympiques de 2024, rappelle Nicole Gouéta, maire et conseillère départementale (LR). Nous conservons l’école de rugby et le football. Le Racing hockey s’y entraîne déjà chaque semaine et nous mettons tout en œuvre pour avoir la fédération de hockey-sur-gazon ! » Et le maire de tacler son prédécesseur socialiste : « Maintenant que nous avons laissé partir la fédération de handball… » Nicole Gouéta va aussi proposer d’accueillir les entraînements des équipes lors du Mondial de rugby 2023. « Mais tout ça est très récent. Il faut le temps que ça se mette en place. »

Twitter : @adaboval

 

Hamid et Rabah Fekkar, les patrons du Café du Stade

LP/Adeline DABOVAL

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine|Adeline Daboval|15 décembre 2017, 18h24|MAJ : 16 décembre 2017, 0h30|

Hauts-de-Seine

 

 

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Racing 92 : le rideau tombe sur le stade Yves du Manoir à Colombes

Voir les commentaires

Colombes : la ville n'a plus d'argent mais achète 2 médailles des JO pour 10 000 €

24 Novembre 2017, 17:35pm

Publié par www.lecolombesquejaime.fr le blog citoyen de Colombes

Colombes : la ville n'a plus d'argent mais achète 2 médailles des JO pour 10 000 €

Les trophées s’ajoutent aux collections du musée municipal déjà riches sur l’histoire des Jeux à Colombes.

Une médaille olympique, c’est le Graal pour tout athlète… mais aussi pour Colombes, fière de son passé. En 1924, la ville a accueilli les XVIIIe Olympiades, les cérémonies d’ouverture et de clôture dans le Stade Yves-du-Manoir, la majorité des épreuves sportives et le premier village olympique de l’histoire. La commune vient d’acquérir deux médailles de cette année mythique : une en argent massif et une de bronze. « Il nous manquera l’or ! s’enthousiasme Christine Dessemme, la conservatrice du musée municipal. Mais nous sommes déjà le seul musée de France à en posséder autant. Le musée du Sport de Nice en possède une en bronze. »

Des pièces de collection rares puisqu’à l’époque, sportifs et disciplines étaient moins nombreux qu’aujourd’hui. Seulement 914 médailles ont été frappées par la Monnaie de Paris selon le projet original d’André Rivaud, retenu à l’issue d’un concours national de graveurs : 304 en vermeil pour l’or, le même nombre en argent et 306 en bronze. A l’exception des deux supplémentaires en bronze, toutes ont été remises aux vainqueurs lors de la cérémonie de clôture des Jeux le 27 juillet 1924.

5 000 € pour chaque médaille

« A l’époque, on ne gravait pas le nom du gagnant ni celui du sport sur la médaille, rappelle Christine Dessemme. Nous n’avons donc aucun moyen de savoir quels athlètes les avaient remportées. »

Les deux médailles acquises par la ville « appartenaient à un collectionneur particulier, passionné par les JO, qui les avaient prêtées au musée pour l’exposition « Jeux Olympiques de Paris 2024 : Colombes à nouveau dans les starting blocks », explique la municipalité. « Le prix de 5 000 € la médaille nous a paru raisonnable, note l’adjoint à la culture Pierre Nicot. Quand nous avons décroché la subvention de 50 % du fonds régional d’acquisition des Musées, nous étions encore plus convaincus ! »

Les médailles s’ajoutent aux collections du musée municipal déjà riches, en particulier sur l’histoire des Jeux de 1924. Actuellement exposées dans la salle dédiée au sport*, elles ont rejoint un fonds de près de 4 500 objets parmi lesquels le rapport officiel de la VIIIe Olympiades, des affiches, billets, insignes portés par les organisateurs et les sportifs. « Nous sommes toujours à la recherche de billets, documents, photos ou ballons qui ont servi lors des épreuves de 1924, note la conservatrice. Et la perche d’entraînement de Thierry Vigneron (NDLR : médaillé de bronze aux JO 1 984), dont on sait qu’il s’est entraîné Colombes, ce serait vraiment formidable… »

*Musée municipal d’art et d’histoire de Colombes, 2 rue Gabriel-Péri. Ouvert du mercredi au samedi de 14 heures à 18 heures et le vendredi de 14 heures à 19 heures. Entrée gratuite.

 

Colombes : la ville olympique s’offre deux médailles de 1924

 

>Île-de-France & Oise>Hauts-de-Seine>Colombes|Adeline Daboval @adaboval| 19 novembre 2017, 17h21

 

Lionel FAUBEAU
Président de l'association lecolombesquejaime

Le Blog Citoyen de Colombes

lecolombesquejaime@gmail.com

@ilovecolombes

Colombes : la ville n'a plus d'argent mais achète 2 médailles des JO pour 10 000 €

Colombes : la ville n'a plus d'argent mais achète 2 médailles des JO pour 10 000 €

Voir les commentaires